MyTelefoot : qui est Tony Saint Laurent, le dandy humoriste de l’happy football ?

MyTelefoot : qui est Tony Saint Laurent, le dandy humoriste de l’happy football ?
MyTelefoot : qui est Tony Saint Laurent, le dandy humoriste de l’happy football ?
Dans cette photo : Jamel Debbouze
Tony Saint Laurent est l’une des nouvelles têtes de MyTelefoot, l’émission digitale qui suit l’émission Telefoot sur TF1. Le jeune homme s’est fait connaître lors des saisons 5 et 6 du « Jamel Comedy Club » sur Canal Plus.  Avec sa tête atypique, il veut donner au football un caractère plus humoristique. Mission compliquée
A lire aussi
Les footballeuses françaises délogées de Clairefontaine par les Bleus
News essentielles
Les footballeuses françaises délogées de Clairefontaine...


« Il est beau et désinvolte ». Voilà comment présentait Jamel Debbouze son petit protégé Tony Saint-Laurent lors de la cinquième saison du Jamel Comedy Club sur Canal Plus. Tony Saint-Laurent, coupe de cheveux atypique sur la tête et style dandy, fait partie de cette nouvelle vague de l’humour en France et œuvre aujourd’hui sur le site de TF1. « Le foot, le sport, c’est pas trop mon truc », disait-il dans un sketch sur la chaîne cryptée. Pourtant c’est bien de football qu’il doit parler dans l’émission digitale MyTelefoot. Il est l’une des nouvelles attractions de ce programme, à l’instar de Stéphane Pauwels, le sniper belge du football.

Tony Saint Laurent critiqué sur les réseaux sociaux

Pendant environ trois minutes, il donne un avis décalé sur le football. Mais son apparition dans MyTelefoot ne ravit pas forcément les internautes et amateurs du ballon rond. Assez critiqué pour ses premières chroniques, l’humoriste doit encore prendre ses marques. Celui qui a commencé comme G.O au club Med doit s’adapter à un milieu pas forcément très ouvert à ce nouveau type d’humour. Face à un public connaisseur, ses blagues ne fonctionnent pas. Sur les réseaux sociaux en tout cas, on ne lui donne pas de temps d’adaptation : « ça met mal à l’aise pour lui tellement c’est nul », « juste nul rien n'à dire de plus », sont parmi les critiques de sa dernière chronique. A lui de faire changer l’opinion.