Mise au placard : que faire face à ce type de harcèlement moral ?

Mise au placard : que faire face à ce type de harcèlement moral ?
Mise au placard : que faire face à ce type de harcèlement moral ?
La mise au placard est l'une des formes du harcèlement moral dont le but, caché et officieux, est de réduire le pouvoir d'influence d'une personne. Quelques informations pour éviter de la déclencher et d'en subir les conséquences néfastes.
A lire aussi
CV : Exemples et modèle type de mise en page
Mag
CV : Exemples et modèle type de mise en page

Qu'est-ce que la mise au placard ?

« Mettre au placard », c'est priver une personne de tout son crédit en perturbant ou en coupant les lignes de communication dont dépend sa fonction, mais c'est aussi chercher à la discréditer de toutes les façons possibles. La mise au placard peut résulter de différentes situations :
- Un collaborateur qui présente un comportement hostile avec ses collègues et/ou ses clients.
- Un collaborateur qui brigue une place déjà convoitée et qui se voit petit à petit mené vers le placard.
- Un collaborateur que l'on souhaite remplacer par un jeune diplômé, moins « coûteux ».

Comment éviter la mise au placard ?

Si vous êtes dans le premier cas, il serait temps de procéder à une véritable remise en question. Vous auriez intérêt à vous poser sérieusement les questions suivantes : « Quel est mon but ? », « Quel est le véritable intérêt ?» « Quelles conséquences à terme pour vous, les autres, etc. ? » Puis, demandez-vous si vous avez envie de collaborer ou non.
Si oui, revenez dans le jeu, partagez tout cela avec votre manager. Reconnaître ses erreurs est un acte difficile mais empreint de grandeur.

Comment réagir pour tous les autres cas ?

Recentrez-vous sur les lignes directrices de votre poste. Montrez-vous particulièrement irréprochable durant cette période.
Mettez en évidence vos actions en rapport avec vos résultats.
Procédez à une enquête.
Validez, de façon indirecte ou directe, les points clefs de votre contrat avec votre manager.
Enregistrez sans complaisance et par écrit toute anomalie.
N'acceptez pas que l'on vous court-circuite, ni vers le haut, ni vers le bas. Si c'est le cas, demandez immédiatement pourquoi et corrigez aussitôt le tir. Si toutefois vous aviez laissé cette habitude se développer, le moment est venu de remettre de l'ordre dans vos lignes de communication.
N'acceptez aucun changement arbitraire. Vous n'êtes plus invité à cette réunion ? Demandez pourquoi et manifestez votre désaccord.
N'autorisez personne à vous manquer de respect. Pour cela, engagez-vous à vous montrer particulièrement respectueux, ou respectueuse des autres.
Quand les choses prennent une mauvaise tournure et qu'il devient difficile de se défendre, n'attendez pas. Rapprochez-vous d'un conseiller neutre et acceptez de vous faire aider.

En résumé

Si vous vous sentez menacé(e) d'être mis(e) au placard, gardez votre sang-froid et consignez les anomalies. Recentrez-vous sur votre professionnalisme, vérifiez auprès de votre hiérarchie votre crédit et votre légitimité. Soyez prêt(e) à transmettre aux Ressources Humaines un dossier rationnel contenant des faits, des dates, des noms et des lieux précis. En dernier recours, vous devrez peut-être vous engager dans un procès, mais si vous suivez ces conseils, vous aurez de très fortes chances de le gagner.

Plus de conseils sur le blog de Marc Roussel.

VOIR AUSSI

Bore out : prévenir et vaincre l'ennui au travail
Apprendre à dire non au bureau

5 conseils pour bien négocier son augmentation de salaire

Comment motiver un collaborateur démotivé ?