Gemmyo, des bijoux sur-mesure pour tous les goûts et tous les budgets

Gemmyo, des bijoux sur-mesure pour tous les goûts et tous les budgets
Gemmyo, des bijoux sur-mesure pour tous les goûts et tous les budgets
Parce qu'elle rêvait d'une bague qui lui ressemblait pour son mariage, Pauline Laigneau a lancé avec son fiancé, Charif Debs, son beau-frère, Malek Debs et une gemmologue, Fanny Boucher, Gemmyo, un site de création et de vente de bijoux en ligne. Récit.
A lire aussi


À l'origine de Gemmyo, il y a d'abord une demande en mariage. En juin 2011, Charif Debs, un ingénieur diplômé de Centrale et titulaire d'un MBA d'Harvard, veut épouser Pauline Laigneau, une jeune femme fraîchement diplômée d'HEC. Et puisque l'envie est réciproque, les deux fiancés partent à la recherche de la bague qui symbolisera cette promesse. Mais l'expérience est plus ardue qu'ils ne l'avaient pensé : « J'imaginais un moment très complice. Finalement c'était surtout très intimidant, les prix n'étaient pas affichés, le choix très limité et je ne me suis pas sentie guidée », se souvient la jeune femme. Pour le couple qui rêvait d'entreprendre, l'idée est donc toute trouvée : « Il y avait quelques chose à faire sur ce marché : fabriquer des bijoux sur-mesure qui s'adaptent à nos goûts et à notre budget. »

3 millions de chiffre d'affaires pour 2014

Quelques mois plus tard, en septembre 2011, naissait ainsi Gemmyo, un site de création et de vente de bijoux en ligne. L'idée ? Proposer des modèles entièrement personnalisables, pierres et métaux, fabriqués dans des ateliers français. « Plutôt que de faire un business plan, on s'est donné trois mois pour tester le marché. Le frère de mon fiancé, Malek, venait de finir ses études à Polytechnique et nous a proposé son aide. On s'est lancés. » Charif à la création du site web, Malek à la conception 3D (afin de remplacer le travail de maquette de bijoux et donc de réduire les coûts de fabrication) et Pauline à la recherche d'artisans prêts à s'associer au projet. « Ça a surement été la partie la plus compliquée, reconnaît la jeune femme. C'est une façon très inhabituelle de travailler puisque nous demandons une conception à la pièce. Heureusement, un fabricant a fini par accepter. »

En septembre 2011, deux semaines après le lancement du site, la première commande est passée par une Angevine qui rêve de topaze. Après cinq ventes, les trois fondateurs et leur associée, Fanny Boucher, une gemmologue chargée de l'achat des pierres, sont convaincus par la solidité de leur concept. Trois levées de fonds et un nouveau site web (en juin 2012) plus tard, Gemmyo se porte bien. Avec un chiffre d'affaires d'un million d'euros en 2013, la société emploie 14 personnes (dont 4 stagiaires) et vise les 3 millions pour 2014. « Mais notre objectif est aussi de se développer à l'international avec un nouveau site en français et dans une autre langue », assure la cofondatrice. Quant au mariage de Pauline et Charif, il a bien eu lieu, en juin dernier, avec une bague fabriquée par Gemmyo, évidemment…

Ses conseils

Pour créer son entreprise, il faut savoir regarder le risque en face, le peser, ne pas savoir quelle en sera l'issue, et y aller quand même.
« N'écoutez pas les conseils ! » Vos investisseurs, vos amis, vos proches, tout le monde a de bons conseils à vous donner. N'oubliez jamais que c'est vous qui connaissez le mieux votre business.
« Good enough is better than perfect ». Vous n'apprendrez jamais autant qu'en essayant, en testant. Mieux vaut se lancer, se rendre compte qu'on s'est trompé, échouer et recommencer, plutôt que d'essayer de mettre au point un projet parfait en théorie et se rendre compte au bout de 6 mois qu'il s'agit d'une impasse.

Sa bio

29 juillet 1983 : Naissance à Paris
Juin 2011 : Diplômée d'HEC et demande en mariage
Septembre 2011 : Lancement de la première version du site Gemmyo et premiers clients
1 juin 2012 : Lancement du site Internet actuel de Gemmyo
6 juin 2013 : Levée de fonds de 3,1M d'euros auprès d'ALVEN Capital
Octobre 2013 : premier bijou vendu à plus de 20 000 euros sur le site Internet

Retrouvez nos portraits de créateurs d'entreprise chaque lundi dans Le Parisien Économie