Les oestrogènes : un nouveau facteur de risque après 65 ans

Les oestrogènes : un nouveau facteur de risque après 65 ans
Les oestrogènes : un nouveau facteur de risque après 65 ans
Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'Inserm démontre qu'un taux élevé d'œstrogènes augmente les risques cardiovasculaires chez les femmes passés 65 ans.
A lire aussi


Une nouvelle enquête lève le voile sur les problèmes cardiaques chez les femmes. Une équipe de chercheurs de l’Inserm vient de démontrer que les hormones féminines, les œstrogènes, ne conservent pas toujours le rôle protecteur qu’on leur conférait jusque-là pour le cœur et les vaisseaux. En effet, leur étude, menée auprès de 6 000 femmes âgées de 65 ans et plus suivies pendant quatre ans, démontre qu’un taux d’œstrogènes élevé augmente les risques d’accidents cardiaques.

« Le point fort de cette étude est qu'on montre que les taux élevés d'œstradiol sont associés à une augmentation du risque indépendamment d'autres facteurs de risque comme l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie ou le diabète, ce qui prouve que c'est un nouveau facteur de risque », décrypte pour Europe 1 Pierre-Yves Scarabin, directeur de recherche à l'Inserm.

Crédit photo : Photodisc

VOIR AUSSI

Cancer du sein : un médicament préventif porteur d'espoir
Les œstrogènes pour traiter Alzheimer ?
La pollution environnementale fait grossir les seins