Troubles alimentaires : les femmes de plus de 50 ans en souffrent aussi

Troubles alimentaires : les femmes de plus de 50 ans en souffrent aussi
Troubles alimentaires : les femmes de plus de 50 ans en souffrent aussi
Alors que la plupart des enquêtes se focalisent sur les troubles alimentaires des adolescentes, une étude publiée dans le Journal international des désordres alimentaires s'intéresse au rapport des femmes mûres à l'alimentation. Elle révèle que les plus de 50 ans sont également concernées par ces troubles.
A lire aussi
Une Argentine de 11 ans violée subit une césarienne après un refus de l'avorter
News essentielles
Une Argentine de 11 ans violée subit une césarienne après...


Une étude parue dans le Journal international des désordres alimentaires (International journal of eating disorders) révèle que les troubles alimentaires ne sont pas l’apanage des adolescentes : les femmes mûres sont également touchées.

Cette étude s’est intéressée à un groupe de 1 849 femmes volontaires approchant la soixantaine. Plus d’un quart d’entre elles étaient obèses, 30% en surpoids, un peu moins de la moitié avaient un poids qualifié de « normal », et 2% étaient jugées « trop maigres ».

Les résultats montrent que les troubles alimentaires existent bien parmi les femmes de cette tranche d’âge. 36% d’entre elles ont raconté avoir passé la moitié de leur temps au régime au cours des cinq années précédant l’enquête. 41% se pesaient tous les jours et 49% au moins deux fois par semaine. Parmi les méthodes utilisées pour perdre du poids, 7,5% ont eu recours aux pilules amaigrissantes, 7% au sport (en excès), 2,5% aux diurétiques, 2% aux laxatifs et 1% racontent qu’elles se sont fait vomir. Enfin, 3% ont rapporté un comportement compulsif vis-à-vis de l’alimentation au cours des trois derniers mois.

Viviane Clermont

(Source : lefigaro.fr)
Crédit photo : Polka Dot


VOIR AUSSI

POWERtabs : un complément alimentaire dangereux retiré du marché
L'option régime de Dukan au Bac : « une catastrophe pour les adolescents »
Anorexie infantile : nouveau fléau chez les 5-12 ans