Cancer du sein : la mammographie dangereuse chez les porteuses de mutations génétiques

Cancer du sein : la mammographie dangereuse chez les porteuses de mutations génétiques
Cancer du sein : la mammographie dangereuse chez les porteuses de mutations génétiques
Une étude européenne publiée dans la revue BMJ met en garde spécialistes et patientes contre le recours trop systématique à la mammographie pour détecter les cancers du sein. Chez les femmes de moins de 30 ans présentant une mutation génétique qui favorise le développement d'un cancer, il serait plus prudent d'éviter les rayons et de les orienter vers une IRM (imagerie par résonance magnétique).
A lire aussi


La mammographie, outil indispensable pour détecter le cancer du sein et particulièrement utilisé après 50 ans comme examen de contrôle, pourrait s’avérer dangereuse pour les femmes de moins de 30 ans qui présentent des mutations génétiques, notamment sur le gène BRCA1 et BRCA2 qui multiplient les risques de contracter un cancer. Des chercheurs européens, dont Anouk Pijpe, qui travaille à l’institut néerlandais du cancer, met en garde contre ce moyen de dépistage : « Nous pensons que les pays qui prescrivent des mammographies aux femmes de moins de 30 ans devraient revoir leurs recommandations. Il peut être possible de réduire le risque de cancer chez les femmes (à haut risque) en utilisant l'IRM ».

Ces chercheurs ont découvert que sur les 2 000 femmes majeures et porteuses d’une mutation génétique qu’ils avaient testées en Grande-Bretagne, en France et aux Pays-Bas, et selon leurs projections, une exposition aux rayons d’une mammographie multipliait les risques de cancer de 62% avant 20 ans et de 43% à la vingtaine. En revanche, après 30 ans, il ne semblait pas y avoir d’incidence.

Laure Gamaury

Crédit photo : Hemera

VOIR AUSSI

Cancer du sein : expérimentation d'une technique de dépistage par le sang
Cancer du sein : plus de 2,4 millions de Françaises se sont fait dépister en 2011
Dépistage organisé du cancer du sein : 3 000 vies sauvées ?