La pilule 3G, une atteinte aux droits des femmes, selon Marion Larat

La pilule 3G, une atteinte aux droits des femmes, selon Marion Larat
La pilule 3G, une atteinte aux droits des femmes, selon Marion Larat
Marion Larat, cette jeune Bordelaise de 25 ans par qui le scandale sur les pilules de troisième et de quatrième génération est arrivé, a rencontré la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, lundi. Elle lui a fait part de sa vision de cette polémique qui, plus qu’un problème sanitaire, constituerait pour elle une atteinte aux droits des femmes.
A lire aussi


Marion Larat, la jeune femme qui a déposé plainte, le 14 décembre dernier, contre Bayer, le laboratoire fabricant la pilule Méliane, s’est entretenue lundi avec Najat Vallaud-Belkacem. C’est à la demande de la plaignante que cette rencontre s’est déroulée, en marge d’un déplacement de la ministre des Droits des femmes en Gironde. Son but : interpeller cette dernière sur les problèmes soulevés par les pilules de troisième et quatrième génération, qui, estime-t-elle, porte atteinte aux droits de femmes.

« Dès le début, le synonyme de la contraception, c'était la pilule »

« Ce n’est pas juste un problème médicamenteux mais sociétal et de droits des femmes », a en effet insisté Marion Larat lors de cette rencontre, interpellant au passage la ministre sur les « lobbies » des laboratoires, rapporte l'AFP. Refusant de se prononcer sur cet aspect, eu égard à la procédure judiciaire en cours contre Bayer, Najat Vallaud-Belkacem a cependant admis un manque d’information, en France, sur les différents modes de contraception. « Dès le début, le synonyme de la contraception, c'était la pilule ». Et d’ajouter : « la contraception est beaucoup trop orale. Les femmes ont beaucoup trop recours à la pilule par rapport à d’autres modes contraceptifs qui existent comme le patch, l’anneau, le stérilet qui sont sur le marché mais auxquels on n’a pas souvent recours ».

Rappelant l’existence d’une contraception masculine, la ministre des Droits des femmes a par ailleurs regretté que, suite aux « interrogations autour des pilules de troisième et quatrième génération, beaucoup de femmes ont pu être tentées d’arrêter leur contraception. Il faut aussi redire que c’est un levier de l’autonomie et de l’indépendance ». Âgée de 25 ans, Marion Larat a été victime d’un AVC en 2006 qu’elle impute à la prise, à l’époque, de la pilule Méliane. Cette Bordelaise est aujourd’hui handicapée à 65%.

Plus d'actu sur : Pilule 3e génération : notre dossier spécial

Pilule : les femmes préfèrent désormais le stérilet... et la contraception d'urgence
Diane 35 : la pilule anti-acné de retour sur le marché mais...
Pilule 3G et 4G : une nouvelle étude confirme les risques vasculaires