Bioéthique : un homme peut devenir père, même après sa mort

Bioéthique : un homme peut devenir père, même après sa mort
Bioéthique : un homme peut devenir père, même après sa mort
Les députés n’ont donc pas suivi l’avis du gouvernement : la nuit dernière, ils ont voté pour le transfert d’embryons post-mortem. En d’autres termes, un homme peut donc devenir père après sa mort.
A lire aussi
Ces hommes marchent en talons contre les violences faites aux femmes
News essentielles
Ces hommes marchent en talons contre les violences faites...

« Ce n’est pas la même chose d’être né orphelin ou d’être conçu orphelin », disait encore hier Xavier Bertrand. Les députés n’ont pourtant pas suivi l’avis du Ministre de la Santé, et ont rejeté l’amendement du gouvernement allant dans ce sens. Ils ont voté en faveur du transfert d’embryons post-mortem. Un homme pourra donc devenir père après sa mort. Toutefois, les députés ont tenté d’encadrer la mesure au maximum : ce transfert d’embryons sera donc conditionné à l’accord préalable du père, et à l’existence d’un projet parental dans le cadre d’une assistance médicale à la procréation. Enfin, le transfert devra se faire six mois minimum et dix mois maximum après le décès du père.
Autre mesure importante votée dans les lois bioéthiques : le principe du bébé médicament est reconduit. Il s’agit de bébés conçus pour permettre la greffe d’un organe à un frère ou une sœur.
Enfin, le principe de l’anonymat des gamètes a été maintenu, alors que certains membres de la majorité plaidaient pour une levée partielle.

VOIR AUSSI

Bioéthique : le transfert d’embryon post-mortem validé en commission

Bioéthique : limiter la Fiv à trois embryons par couple

Bioéthique : le don d'ovule assoupli

Avoir un enfant : le parcours du combattant

Plus d'actu sur : La bioéthique en questions

Bioéthique : vers une autorisation de la recherche sur l’embryon ?
Assistance sexuelle : le comité national d'éthique dit non
Bioéthique : un bébé à trois parents biologiques