Cabines de bronzage dangereuses : leur publicité bientôt interdite ?

Cabines de bronzage dangereuses : leur publicité bientôt interdite ?
Cabines de bronzage dangereuses : leur publicité bientôt interdite ?
Dans cette photo : Camille Lacourt
Prisés dans le monde entier, les cabines UV n’en sont pas moins dangereuses pour la santé. D’ailleurs, alors qu’une célèbre enseigne d'appareil de bronzage vient de faire de sportifs français ses nouveaux ambassadeurs, l’Académie de médecine tape du poing sur la table et demande « l’interdiction de toute publicité » pour ce type de prestation.
A lire aussi
Bougies et encens parfumés bientôt interdits : sont-ils dangereux ?
bien-être
Bougies et encens parfumés bientôt interdits : sont-ils...


Alors que les méfaits des cabines UV sont régulièrement dénoncés, l’académie de médecine réclame désormais « l’interdiction de toute publicité » pour les appareils de bronzage. En cause, la promotion du réseau de cabines de bronzage Point Soleil par des sportifs du cercle des nageurs de Marseille. Dans le cadre de ce partenariat, la marque « fournira un accès VIP aux sportifs de la team, qui de leur côté s’engagent à spécifier leur attachement à l’enseigne sur les réseaux sociaux », peut-on lire sur le site Internet de Point Soleil. Une consigne rapidement exécutée par Camille Lacourt qui sur le même site, explique : « En plus du soleil marseillais, nous pouvons désormais bénéficier des vertus du bronzage en cabine ».

Or, du côté de l’Académie de médecine, cette campagne promotionnelle avec des sportifs, dont certains se sont illustrés en remportant quelques médailles lors de Jeux Olympiques de Londres, ne passe pas. « En s’infiltrant dans le monde du sport, comme à une certaine époque le lobby du tabac, les professionnels du bronzage se donnent ainsi à peu de frais une image positive de jeunesse, de performance et d’apparente bonne santé puisque le bronzage permanent permettrait de conserver un teint hâlé et de se faire du bien au moral, surtout à l’approche de l’hiver », dénonce l’Académie, citant les propos de Camille Lacourt. Aussi, « comme pour le tabac et l’alcool », l’institution exige « l’interdiction de toute publicité pour une pratique unanimement reconnue comme dangereuse pour la santé, car augmentant  considérablement le risque de mélanome, un cancer cutané particulièrement agressif, surtout quand cette publicité utilise l’image du sport pour attirer les plus jeunes ». D’autant que selon le Centre international de Recherche sur le cancer (CIRC), « l’augmentation du risque de cancer cutanés est de l’ordre de 75 % pour les moins de 30 ans  ayant recours aux UV  artificiels au moins une fois dans leur vie ».  


VOIR AUSSI

Bronzage : vers la fin des cabines UV ?
UV : 1 appareil à bronzer sur 5 n'est pas aux normes
Exposition au soleil : comment protéger sa peau avant, pendant et après l'été ?
Se protéger du soleil : les recommandations de l'Afsapps