Ces médicaments menacés de pénurie

Ces médicaments menacés de pénurie
Ces médicaments menacés de pénurie
Ce n'est pas un phénomène nouveau mais il s'aggrave. 45 médicaments seraient aujourd'hui introuvables dans les pharmacies comme dans les hôpitaux, selon l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Bien plus, selon l'Ordre des pharmaciens qui en comptabilise 539 en rupture de stock sur le mois de septembre.
A lire aussi


Les médicaments du système nerveux, les anti-infectieux et les anticancéreux sont les premiers concernés : respectivement 18%, 17% et 11% de ces médicaments seraient en effet en rupture de stock selon l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Au total, près de 45 traitements seraient aujourd’hui introuvables dans les pharmacies et les hôpitaux. Mais ces chiffres seraient en réalité bien supérieurs selon l'Ordre des pharmaciens. Dans une interview donnée au Figaro, Isabelle Adenot, présidente de l'ordre des pharmaciens affirme ainsi avoir comptabilisé « 539 médicaments manquants » sur le mois de septembre. Et si la plupart ne sont pas essentiels et peuvent être remplacés par un autre, donner des produits de substitutions aux patients relève parfois du casse-tête. Pire, ils peuvent être perturbants pour le malade.

>> Thyroïde : faut-il craindre une pénurie de Lévothyrox ? <<

La mondialisation de la fabrication des médicaments en cause

Ainsi, l’article du Figaro cite une étude qui révèle que trois quarts des pharmaciens hospitaliers européens spécialisés dans le cancer seraient fréquemment gênés face à la pénurie de médicaments, retardant, changeant ou diminuant les traitements prévus. Et si selon le Pr Philippe Arnaud, président du Syndicat national des pharmaciens hospitaliers (SNPHPU), « il n'y a pas de perte de chances pour les patients », le spécialiste reconnaît que « modifier le traitement d'un malade du cancer est une source d'angoisse ». Selon Isabelle Adenot, ce phénomène, qui s’est aggravé depuis cinq ou six ans, s’explique par « la mondialisation de la fabrication des médicaments ». Une majorité des principes actifs (60 à 80%) est, en effet, fabriquée en Chine ou en Inde. Si les usines sont arrêtées, les industries du médicament ne peuvent plus produire et répondre à la demande, qui elle, est de plus en plus importante.

>> Pharmacie en ligne : où acheter ses médicaments ? <<

VOIR AUSSI

Médicament dangereux : alerte sur Cilazapril Teva contre l’hypertension
Médicaments : la moitié seraient inefficaces, voire dangereux
Traitement Roaccutane : faut-il interdire le médicament anti-acné ?
Médicament dangereux : le Motilium, risqué pour le coeur ?