Elle meurt d'une crise cardiaque après 30 heures de travail consécutives

Elle meurt d'une crise cardiaque après 30 heures de travail consécutives
Elle meurt d'une crise cardiaque après 30 heures de travail consécutives
Mita Diran, une jeune femme de 24 ans, salariée de l'agence de publicité Young & Rubicam à Jakarta en Indonésie, est décédée samedi sur son lieu de travail. Une heure avant, elle expliquait, sur Twitter, travailler depuis 30 heures consécutives.
A lire aussi


Depuis le week-end dernier, Mita Diran, une Indonésienne de 24 ans, fait la Une des médias locaux pour de funestes raisons. Cette employée de l'agence de publicité Young & Rubicam à Jakarta est décédée des suites d'un arrêt cardiaque sur son lieu de travail. Une heure auparavant, sur Twitter, elle expliquait travailler depuis près de 30 heures consécutives et ne pas en avoir fini. « Trente heures de travail non-stop et toujours à fond », publiait-elle en effet le 14 décembre dernier sur le réseau social. Le lendemain, elle était retrouvée inconsciente à son bureau. Plongée dans le coma, elle a été déclaré morte peu de temps après.



Rédactrice au sein de l'agence depuis un an et demi, la jeune femme se plaignait régulièrement sur Twitter de la cadence infernale de son travail et de ses journées interminables. « J'ai passé la moitié de la nuit à écrire et je viens de boucler un rapport de 23 pages avec un mélange de vodka et de Red Bull. Maintenant, je ne peux plus dormir », confiait-elle à ses quelque 2 600 followers, le 6 novembre dernier. Deux jours plus tard, elle lançait : « Très bien, une semaine entière à quitter le boulot pour la maison après deux heures du matin. Mesdames et Messieurs, je pense que nous venons de battre un record ».



Un rythme de travail effréné qui est, selon le père de la défunte, la cause du drame. « Elle s'est effondrée après trois jours consécutifs de travail ! Boulot sans limite », a-t-il déploré sur le réseau social Pinterest. Mais les médias locaux attribuent, eux, ce décès prématuré une consommation régulière et excessive de Krating Daeng - une boisson énergisante aussi connue sous le nom de Thaï Red Bull -, et qui aurait pu provoquer l'arrêt cardiaque.

En attendant de connaître les causes exactes de la mort de Mita Diran, Young & Rubicam a présenté ses condoléances à sa famille sur Facebook et décidé de cesser son activité pendant une journée, afin d'organiser les funérailles et de rendre hommage à leur jeune employée.

Dans l'actu