Suède : un vestiaire neutre pour les lycéens ni fille ni garçon

Suède : un vestiaire neutre pour les lycéens ni fille ni garçon
Suède : un vestiaire neutre pour les lycéens ni fille ni garçon
Un vestiaire « neutre » dans un lycée de Stockholm en Suède, c'est l'idée proposée par l'association HBQT (homosexuels, bisexuels, queer, transgenre) et votée par le conseil des élèves. Le projet s'adresse aux lycéens qui ne s'identifient ni comme homme ni comme femme. Il sera inauguré le 6 mai prochain.
A lire aussi


Le lycée Södra Latin de Stockholm en Suède inaugurera le 6 mai prochain un vestiaire « neutre », c’est-à-dire qui ne correspond à aucun sexe, pour les élèves qui ne s’identifient ni comme homme ni comme femme.

C’est l’association HBQT (homosexuels, bisexuels, queer, transgenre) qui est à l'origine de ce projet voté par le conseil des élèves du lycée. Sa présidente, Camille Trombetti, 18 ans, explique au journal local Dagens Nyheter que le vestiaire « neutre » permettra que les élèves « qui ne souhaitent s'identifier ni comme un homme ni comme une femme puissent se changer sans craindre le regard des autres », avant d'ajouter : « Notre lycée est connu pour être tolérant en ce qui concerne ce genre de question. »

En matière d’égalité femmes-hommes, la Suède est un pays précurseur. Très ouvert au débat sur les genres, il a notamment mis en place l'année dernière une crèche dans laquelle les termes « fille » et « garçon » ont été bannis pour être remplacés par « enfant ».  Plus récemment, un député suédois a proposé d'obliger les hommes à uriner assis pour assurer l’égalité entre les hommes et les femmes. Selon lui, cette position serait meilleure pour la santé et la sexualité des hommes.

La Suède est aussi très soucieuse des droits homosexuels. Elle a été le premier pays à autoriser les mariages gay et lesbiens au sein de l'Église.

Elodie Cohen Solal

VOIR AUSSI

Une agence de mannequins recrute des anorexiques dans un hôpital en Suède
Suède : Tout pour les femmes
Parité : l'exemple de la Suède
Suédois et Suédoises sur un pied d'égalité