Injection de ciment dans les fesses : la fausse chirurgienne transgenre condamnée

Injection de ciment dans les fesses : la fausse chirurgienne transgenre condamnée
Injection de ciment dans les fesses : la fausse chirurgienne transgenre condamnée
L'affaire fait grand bruit outre-Atlantique : en Floride, une « chirurgienne » sans diplôme qui exerçait illégalement a été condamnée à un an de prison. Au cours de ses opérations de chirurgie esthétique, elle injectait à ses patient(e)s de la colle, du ciment et même des bombes anti-crevaison. La fraudeuse transgenre est également accusée de meurtre, suite au décès d'une patiente.
A lire aussi
L'activiste transgenre Jazz Jennings devient ambassadrice Gillette
News essentielles
L'activiste transgenre Jazz Jennings devient ambassadrice...

Des opérations de chirurgie plastiques illégales, des procédés douteux, du matériel toxique et une fausse chirurgienne transgenre : voilà les éléments du procès qui secoue l’Amérique. Oneal Ron Morris, transgenre âgée de 32 ans surnommée « La Duchesse », exerçait illégalement la profession de chirurgien sans diplôme, auprès de patientes essentiellement transgenres. Elle a écopé d’un an de prison après avoir plaidé coupable.

>> Chirurgie : des opérations à la perceuse en Moldavie – vidéo <<

Pas de prothèse, mais du ciment

C’est en 2011 qu’elle a été arrêtée pour pratique illégale de la médecine, à la suite d’une plainte d’une patiente gravement blessée. Parmi les preuves flagrantes, les fesses de Morris elle-même, grossièrement refaites et disproportionnées. Et pour cause : lors de ses opérations, elle utilisait de la colle, du ciment et même des bombes anti-crevaison en lieu et place de prothèses. Suite au décès d’une de ses patientes, Morris est également sous le coup d’une accusation d’homicide aggravée, pour laquelle elle sera jugée l’année prochaine. Elle risque la peine capitale.

« Aucune preuve » selon l’avocat

« Je pense que les médias se sont déchaînés sur ma cliente, il n'y a aucune preuve qu’elle ait administré des matières toxiques à ses victimes », a estimé son avocat. Effectivement, les procureurs ont expliqué cette semaine ne pas avoir pu identifier toutes les matières toxiques utilisées par la fraudeuse. Sa victime, Narinesingh, transgenre, avait subit une opération de chirurgie faciale pour accentuer ses pommettes. Oneal Ron Morris lui a injecté un cocktail toxique contenant de la super glue auquel elle a succombé.

Oneal Ron Morris

Les fesses grossièrement opérées de Oneal Ron Morris

VOIR AUSSI

Chirurgie esthétique : 4 questions à se poser avant de sauter le pas
11 opérations de chirurgie esthétique insolites (et insoupçonnées)
La chirurgie des tétons, nouvelle star des opérations en Grande-Bretagne