Dieudonné: Anne Hidalgo souhaite la fermeture de la Main d’Or

Dieudonné: Anne Hidalgo souhaite la fermeture de la Main d’Or
Dieudonné: Anne Hidalgo souhaite la fermeture de la Main d’Or
Le théâtre de Dieudonné est-il dans le viseur d’Anne Hidalgo? Dans une interview donnée au Journal du Dimanche, samedi 4 janvier, la candidate socialiste à la mairie de Paris dit souhaiter la fermeture du théâtre de la Main d’Or - tout en admettant qu’à cet égard, seule, la municipalité est totalement impuissante.
A lire aussi

Toucher au portefeuille. « Je suis favorable à l’interdiction de son spectacle et à la fermeture de son théâtre », explique Anne Hidalgo dans le JDD. Et d’admettre que la mairie n’a « pas de pouvoir de police » et que la Main d’Or « ne reçoit aucune subvention municipale ». Seule solution, selon la candidate: se ranger derrière les démarches de Manuel Valls et Christiane Taubira pour faire interdire ses spectacles.

>> Lire aussi: Dieudonné ? Un "pitoyable bouffon" pour Christiane Taubira <<

Hidalgo: « Cela prouve qu’il faut poursuivre le travail de mémoire »

Pour la candidate, le fait que Dieudonné fasse salle comble tout les soir « en dit long sur notre société », dans laquelle « la parole xénophobe, raciste et antisémite se libère » et où les idées d’extrême droite se « banalisent ». La victimisation de l’ex-humoriste n’est pas, selon elle, une « persécution ». Et de rappeler celle subie par les juifs durant la Shoah.

Le Théâtre de la Main d'Or, qui fait salle comble tous les soirs, est une importante source de revenus pour l'ex-humoriste. Mais ce dernier tire aussi profit de nombreux produits dérivés, ainsi que de souscriptions volontaires pour « payer ses amendes », chose qui est formellement interdite par la loi - il doit 65.000 euros à l'Etat. Pour éviter de les payer, Dieudonné aurait d'ailleurs mis en place avec la complicité de sa compagne et de sa mère, un système lui permettant de ne rien posséder de jure, et ainsi de se déclarer « insolvable », comme l'expliquent plusieurs articles, dont celui-ci paru dans le journal l'Express.