Congé de paternité versus congé d'accueil : ce qui va changer

Congé de paternité versus congé d'accueil : ce qui va changer
Congé de paternité versus congé d'accueil : ce qui va changer
L'Assemblée nationale a finalement voté vendredi la transformation de l'actuel « congé de paternité » en « congé de paternité et d'accueil de l'enfant ». Dénoncé par l'UMP, ce dernier sera ouvert à tout partenaire de la mère, quel que soit son sexe.
A lire aussi
Pourquoi les femmes doivent se battre pour le congé paternité
parents
Pourquoi les femmes doivent se battre pour le congé...


Au terme d'un amendement du gouvernement au budget de la Sécurité sociale, l’Assemblée nationale a voté, vendredi dernier, la transformation du « congé de paternité » en « congé de paternité et d’accueil à l’enfant », supprimant le lien de filiation inhérent à l’actuel congé et l’ouvrant ainsi à tout partenaire de la mère. Dans les faits, la durée de la suspension de l’activité professionnelle reste inchangée : 11 jours, ou 18 en cas de naissances multiples. Par ailleurs, le congé de paternité et d’accueil à l’enfant continuera à profiter au père biologique. Toutefois, il sera également ouvert à toute personne vivant maritalement avec la mère, qu’il s’agisse d'un conjoint, d'un concubin ou d'un partenaire ayant conclu un Pacs ; et ce, quel que soit le sexe de ce dernier.

Par ailleurs, l’exposé des motifs du texte précise que « le congé de paternité et d'accueil de l'enfant ne sera accordé qu'à un seul adulte : quand la mère attestera vivre maritalement avec une personne autre que le père de l'enfant, seule cette personne en bénéficiera ».

Un texte dénoncé par l’UMP

Une mesure qui a déclenché l’ire de la droite : « Il est scandaleux qu’un article de loi aussi lourd de conséquences, puisqu’il porte en lui la reconnaissance de l’homoparentalité, soit voté à la va-vite un vendredi soir dans un hémicycle quasi vide », s’est notamment indigné Hervé Mariton, député UMP et animateur du groupe de travail sur le mariage homosexuel. Et d'ajouter : « Le Parlement doit d’abord débattre sur le fond du projet de loi sur le mariage homosexuel avant d’acter les conséquences d’une telle réforme. » Quoi qu’il en soit, le texte doit encore être soumis au vote solennel de l’Assemblée le 30 octobre.

C'est en 2007 que la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) avait été saisie pour la première fois sur cette question, par un couple de femmes pacsées avec un enfant. Les couples homosexuels n’étant jusqu’ici reconnus que pour certaines prestations sociales, l'épouse de la mère biologique s’était vu refuser le droit au congé de paternité et avait estimé être victime de discrimination. Face à ce cas, la Halde avait alors recommandé au gouvernement de substituer à la notion de « congé de paternité », fondée exclusivement sur le lien de filiation, celle de « congé d’accueil à l’enfant ouvert au partenaire du parent ».

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Congé paternité: bientôt obligatoire et plus long ?
Le congé maternité allongé à 20 semaines

Homoparentalité : « fonder la filiation sur l'engagement parental »