Faut-il craindre l’accouchement ?

Faut-il craindre l’accouchement ?
Faut-il craindre l’accouchement ?
En France, 70 femmes mourraient  au cours ou des suites d’un accouchement, c'est le constat d'un rapport d'experts de l'Institut de Veille Sanitaire. Interpellé(e), Terrafemina a contacté le Dr Marc-Alain Rozan, Président du Syndicat National des Gynécologues Obstétriciens de France, afin d’en savoir davantage.
A lire aussi
Faut-il s'appeler Thomas pour pouvoir faire de la mécanique ?
News essentielles
Faut-il s'appeler Thomas pour pouvoir faire de la...

Dr Rozan, il est assez surprenant d’apprendre que 70 femmes en France meurent encore actuellement chaque année au cours ou des suites de leur accouchement. Quelles en sont les causes ?


Généralement ces décès sont dus à des hémorragies (ndlr, de délivrance) cataclysmiques qui ne toquent pas à la porte pour signaler de leurs arrivées. Les médecins doivent être réactifs et directement opérationnels. Ce qui n’est pas toujours le cas ! Vous vous en étonnerez mais les foyers les plus défaillants et qui affichent le plus faible taux en la matière sont les DOM-TOM et l’Ile de France.

L’Ile-de-France est pourtant un centre névralgique…


Effectivement, mais là est justement le handicap, la population y est trop dense ! Nous bénéficions pourtant de technologies de pointe mais elles ne sont pas suffisantes !  Il faudrait pouvoir disposer de tout le matériel nécessaire à portée de main : sang de la femme en question, anesthésistes, coordonner rapidement les laboratoires et ne pas courir des kilomètres entre l’un et l’autre… Les équipes médicales ne sont pas assez préparées, pas assez formées à ces situations d’extrême urgence. L’anticipation pourrait être un rempart à beaucoup de complications, car ces femmes présentent généralement des terrains à risque, mais la plupart ne se montrent pas lors des consultations préalables. Elles manquent d’informations.

Le rapport des experts indique que 50% des décès pourraient être évités « si la surveillance des patientes était assurée par une seule et même personne »


Je ne suis pas d’accord avec cette observation ! Certes le fait que les sages-femmes se relayent n’est pas forcément bénéfique pour la relation personnel médical-patient mais les 50% ne proviennent pas de là. Sur ces 70 femmes, 35 n’auraient jamais pu être sauvées, même avec la somme des meilleures volontés. Pour une simple et unique raison : l’embolie amniotique. Un amas de substances provenant du liquide amniotique s’immisce dans la circulation sanguine, pénètre dans le cerveau, la mort est imminente. C’est totalement aléatoire et rien ne peut l’arrêter !

Doit-on s’inquiéter ?


Non car si l’on fait le rapport, 8 femmes sur 100 000 décèdent lors de l’accouchement. Je ne minimise pas ce chiffre, ces morts sont déplorables, mais il ne faut pas dramatiser. En 35 ans de carrière, j’ai été témoin de 5 morts par embolie contre 40 000 accouchements. Vous voyez, ce n’est pas si mauvais.

Propos recueillis par Emilie Gardes

VOIR AUSSI :

Notre psychologue Caroline Weill nous en dit plus sur le baby-blues.
Vous vous posez des questions sur votre grossesse ? Notre experte vous répond !

Plus d'actu sur : Accouchement

Ce tuto sur l'accouchement avec une balle de ping pong fait le buzz
4 conseils pour rebooster sa libido après un accouchement
4 mythes post-accouchement qui sont (en fait) complètement faux