Sexualité : pourquoi les femmes mentent plus que les hommes?

Sexualité : pourquoi les femmes mentent plus que les hommes?
Sexualité : pourquoi les femmes mentent plus que les hommes?
Une enquête récente de l'Université de Purdue, aux États-Unis, affirme que les femmes mentent plus que les hommes lorsqu'elles envoient des sextos pour émoustiller leur partenaire. Rapidement l'étude enchaîne sur le mensonge au féminin qui serait récurent au lit, puisque les femmes simuleraient si souvent l'orgasme. Et si un point essentiel des motivations féminines avait été occulté ?
A lire aussi


155 étudiants dans un collège ont répondu à un questionnaire sur ce qu'ils écrivent dans leurs textos amoureux. Anonymement, ils ont précisé s'ils avaient déjà menti en décrivant à leur partenaire ce qu'ils portaient, ce qu'ils avaient envie de faire sexuellement, leur engagement amoureux, etc. A la fin du questionnaire, ils ont pu expliquer les raisons qui les ont poussé à mentir : pour eux-mêmes, pour faire plaisir à leurs partenaires, ou sans raison particulière.

>> Top 10 des sextos pour réchauffer votre couple <<


48% d'entre eux ont menti à leur partenaire, les deux tiers pour faire plaisir à leur partenaire et un tiers pour eux-mêmes. Chez les femmes, le mensonge au bénéfice du partenaire était deux fois plus élevé. Pour Michelle Drouin, qui a mené l'enquête, « ça existe déjà dans la relation en face à face, en particulier concernant l'orgasme. Je m'attendais à ce que ce soit similaire s'agissant de sextos », a-t-elle déclaré à Reuters. « Les femmes ont des prédispositions à simuler l'orgasme, pour des raisons évidentes. Les femmes mentent pour faire plaisir aux autres, plus que les hommes ». Mais ce qui est nouveau, dit-elle, c'est de mentir aussi écrivant des sextos (on a quand même envie de signaler à l'auteure de l'enquête que l'usage des textos est lui-même relativement récent, puisque le téléphone mobile n'est pas bien vieux) . Si elle le relie également au fait que les « menteurs » sont aussi ceux qui ont le moins confiance en eux (et les femmes sont culturellement moins armées sur ce terrain), il n'en reste pas moins qu'on est en droit de s'étonner que cette étude ait une vision si radicale et naïve sur le mensonge, et qu'elle ne fasse pas le lien avec la fiction - en particulier la littérature érotique - et leurs effets bénéfiques.


Mentir pour stimuler la libido

A la question banale « comment es-tu habillé(e) » ? Qui pourra ressentir se sentir frémir des pieds à la tête si la réponse est « dans un vieux jogging » ou « en pyjama et chaussettes » ? Si les femmes ont la courtoisie de ne pas se plaindre des réponses parfois frugales de leur partenaire, elles, qui ont été entrainées depuis des siècles à connaître tous les ressorts de la séduction, ont plus vite fait sans doute de décrire avec moult détails une pièce sulfureuse de leur lingerie - même si elles ne la possèdent pas - et le bénéfice sera le même pour les deux partenaires : il stimule la libido.

>> 6 remèdes étonnants pour stimuler la libido <<

Celui qui ment simule aussi

Quant à la simulation de l'orgasme, il est entendu maintenant que l'homme simule aussi, même s'il simule moins, et on sait également que les différents orgasmes féminins sont si difficiles à décrire qu'il est impossible de savoir si réellement nombre d'entre elles ne jouiraient pas sans le savoir, que la simulation est un excellent moteur pour s'auto-stimuler, et qu'il est plus courtois dans certains cas de simuler par égards pour un partenaire un peu expéditif (toutes les femmes ne jouissent pas dans les 3 à 7 minutes qui suivent une pénétration).

Enfin, si Michelle Drouin est décontenancée par le mensonge, la tentation est grande de lui rappeler qu'il est aussi souvent bienveillant que nuisible, et a peu à voir avec l'engagement dans une relation. Il fait partie de la vie.

Si certains experts américains ont conclu à cette étude que les gens qui s'envoient des sextos ne veulent pas s'engager, on voudrait ici faire remarquer que les sextos sont de remarquables outils pour entretenir la flamme au-delà de la période passionnelle ; que la fiction est ce qui a permis aux femmes de résister à l'enfermement dans lequel elles ont été plongées pendant des siècles, d'inventer leur avenir, de rêver, et de résister aux périodes de l'histoire où elles ont tantôt été traitées de catins, tantôt de frigides, dans l'ignorance permanente de leurs besoins sexuels.

>> Frigidité féminine : une souffrance et des solutions <<