"Natural Beauty" : ce photographe tord le cou au diktat de l'épilation féminine

"Natural Beauty" : ces photos célèbrent le poil sous les bras
"Natural Beauty" : ce s photos célèbrent le poil sous les bras
Le photographe Ben Hopper a réalisé une longue série de clichés où l'on voit des femmes poser fièrement en affichant leurs poils sous les bras. Une jolie façon de faire fi des standards de beauté féminine que nous inculque la société.
A lire aussi
Il photographie les marques laissées par les vêtements pour dénoncer les diktats
News essentielles
Il photographie les marques laissées par les vêtements...

Tourner en dérision le diktat de la beauté féminine qui consiste à dire qu'une femme belle est une femme épilée. Voici ce qu'a voulu faire le photographe américain Ben Hopper avec sa série "Natural Beauty". Dévoilée en 2014, cette série de clichés est le résultat de six années de travail, au cours desquelles l'artiste a rencontré de nombreuses femmes qui affichaient clairement leur désir de ne pas s'épiler. Et ces photos sublimes le prouvent bien : avec leurs touffes de poils sous les bras qu'on aperçoit distinctement sur les images, ces femmes n'en sont pas moins belles.

"Nature Beauty" : ces photos célèbrent le poil sous les bras
"Nature Beauty" : ces photos célèbrent le poil sous les bras
"Nature Beauty" : ces photos célèbrent le poil sous les bras
"Nature Beauty" : ces photos célèbrent le poil sous les bras
"Nature Beauty" : ces photos célèbrent le poil sous les bras
"Nature Beauty" : ces photos célèbrent le poil sous les bras

"J'ai décidé d'arrêter de m'infliger cette douleur"

Si l'oeuvre de Ben Hopper a fait couler pas mal d'encre ces derniers mois, c'est parce qu'il a récemment ajouté le témoignage de Maya Felix, l'un des modèles qui a posé pour lui. Sur la page Facebook du photographe, la jeune femme raconte pourquoi, à l'âge de 17 ans, elle a décidé d'arrêter de s'épiler. Avant de prendre cette décision, Maya était passée par quelques étapes difficiles : la nature de sa pilosité (des poils noirs et épais sur une peau très pâle) la contraignait à s'épiler quotidiennement, quitte à ce que sa peau devienne irritée ou brûlée.

Pour son anniversaire, elle envisage même de demander à ses proches de lui offrir des séances d'épilation au laser. Mais quand elle rencontre l'amour, tout change. Le garçon avec qui elle sort lui apprend à aimer son corps tel qu'il est. "J'ai décidé d'arrêter de m'infliger cette douleur, d'arrêter d'être en colère contre mon corps pour ne pas être comme je le voulais. J'ai arrêté de me raser", raconte-t-elle sur Facebook. Ce ne sera pas toujours facile pour la jeune femme pour autant. Confrontée au regard des autres, elle essaiera parfois de cacher ses poils sous son tee-shirt.

"Nature Beauty" : ces photos célèbrent le poil sous les bras
"Nature Beauty" : ces photos célèbrent le poil sous les bras

"Si vous ne m'aimez pas, je m'en fous !"

Quand Ben Hopper contacte Maya Felix pour lui proposer de la photographier, celle-ci accepte, ce qui l'aide du même coup à assumer pleinement sa décision. "L'expérience a complètement changé mes sentiments envers mes aisselles et ma confiance a augmenté massivement. Je me sentais fière d'être un "exemple de beauté" pour toutes ces femmes", explique le jeune modèle.

Depuis l'ajout du témoignage, la photo de Maya Felix a récolté plus de 62 000 likes sur Facebook. Loin de renoncer à son désir de ne plus s'épiler tous les jours, Maya Felix affirme que si elle lui arrive encore de se raser de temps à autre, c'est avant tout pour elle. "Si vous ne m'aimez pas, je m'en fous !", ajoute-t-elle.

Une belle leçon qui malheureusement se révèle, encore en 2017, nécessaire. Preuve en est avec le mannequin suédois Arvida Byström, qui a récemment posé dans la nouvelle pub Adidas les jambes dénudées et bien fournies question pilosité. Très critiquée, Arvida a raconté avoir reçu des menaces de viol sur son compte Instagram. Quand on sait que la simple vue de quelques poils sur le corps d'une femme peut déclencher des réactions aussi violentes, il y a donc sérieusement de quoi s'inquiéter.