8 romans érotiques à lire pour sa culture sexe

Zoom sur 8 romans à dévorer pour enrichier sa culture sexo.
Zoom sur 8 romans à dévorer pour enrichier sa culture sexo.
Si "50 Shades of Grey" a largement démocratisé la littérature érotique, de nombreux auteurs plus confidentiels se sont également essayé à ce genre avant ou après la déferlante du "mommy porn" d'E.L. James. Zoom sur 8 romans à lire pour enrichir sa culture sexe.
A lire aussi
Face à la culture de l'impunité : sororité !
News essentielles
Face à la culture de l'impunité : sororité !


Fanny Hill : La fille de Joie, de John Cleland (éditions Actes Sud)

Considéré comme le premier roman érotique de l'Histoire (il a été rédigé en 1849), Fanny Hill décrit l'arrivée d'une fille sans le sou à Londres, contrainte de faire commerce de son corps pour survivre. Mais le récit ne s'attarde pas sur la dure réalité de la prostitution. Il s'agit en effet davantage d'un témoignage érotique : celui d'une jeune femme qui découvre les douces perversions de ses congénères. Un subtil tableau des moeurs de l'époque.

Héloïse, ouille, de Jean Teulé (éditions Roman Julliard)

Jean Teulé revisite les amours tumultueuses d'Héloïse et Abélard dans une version d'une modernité ébouriffante. À la fin de sa vie, Abélard écrivait à Héloïse : "Tu sais à quelles abjections ma luxure d'alors a conduit nos corps au point qu'aucun respect de la décence ou de Dieu ne me retirait de ce bourbier et que quand, même si ce n'était pas très souvent, tu hésitais, tu tentais de me dissuader, je profitais de ta faiblesse et te contraignais à consentir par des coups. Car je t'étais lié par une appétence si ardente que je faisais passer bien avant Dieu les misérables voluptés si obscènes que j'aurais honte aujourd'hui de nommer." Mais depuis quand ne peut-on pas nommer les choses ? Jean Teulé s'y emploie en tout cas avec gourmandise.

Justine ou les malheurs de la vertu, du Marquis de Sade (éditions Gallimard)

"Offrir partout le vice triomphant", afin d'effrayer les zélotes bourgeois de la vertu, tel est le projet vengeur incarné par Justine, innocente poupée conceptuelle, ici palpée et violentée de toutes parts. Surplombant avec mépris deux siècles de scandale, le divin Marquis règne sur l'érotisme dans l'obscurité délicieusement cruelle de sa Bastille éternelle.

Sex in the Kitchen, d'Octavie Delvaux (éditions La Musardine)

Charlotte, jolie brune de vingt-huit ans, partage ses journées entre son boulot répétitif de maquettiste, sa passion pour les recettes bios et son blog culinaire qui cartonne. Seule ombre au tableau : sa vie de couple soporifique. Intriguée par les aventures sexuelles de ses deux meilleures copines, Morgane, la fashionista nymphomane, et Déborah, la dominatrice-orthophoniste, Charlotte rêve secrètement d'ébats plus pimentés. C'est ainsi que sa petite vie bascule du jour au lendemain. Elle plaque son mec, un nouveau directeur aussi odieux qu'irrésistible débarque dans sa boîte et un mystérieux admirateur lui fait d'indécentes avances. Conversations débridées, humour, manigances, rencards clandestins et folles parties de jambes en l'air sont au menu de ce roman qui vous tiendra en haleine jusqu'à la dernière page.

Le rideau levé de Mirabeau ou l'éducation de Laure, de Mirabeau (éditions Actes Sud)

Présentée sous la forme d'une lettre à une amie, "pour nous égayer dans le particulier", la confession de Laure dépeint l'initiation sensuelle et sexuelle de l'héroïne. Très tôt livrée à elle-même, la jeune Laure vit dans le bonheur les enseignements de son "père adoptif" et découvre, sans même l'idée de l'immoralité, la réalité du plaisir. Avec ce roman jubilatoire, Mirabeau, qui très vite devient modèle du genre, rappelle avec force que la volupté s'apprend, et que le plaisir est contagion.

La Soumise, de Tara Sue Me (éditions Red Velvet)

Il s'agit là du premier volume de la trilogie culte qui aurait inspirée E.L. James et 50 Shades of Grey. Abby King a un fantasme. À New York, Nathaniel est connu comme le jeune et brillant PDG de West Industries, mais Abby connaît son secret : c'est aussi un "dominant" séduisant et expérimenté à la recherche d'une nouvelle "soumise". Impatiente d'explorer un monde de plaisirs qui la sortira de sa routine, la jeune libraire propose ses services à Nathaniel. Après un seul petit week-end, elle sait qu'elle en veut plus. Nathaniel est tout à la fois un maître exigeant et un gentleman, qui reste malgré tout froid et distant. Abby parviendra-t-elle à percer sa carapace ? Elle devra pour que leur relation évolue apprendre à vivre dans un monde de pouvoir et de passion, où elle risque bien de se perdre corps et âme. À lire également Le Dominant et L'Apprentie des mêmes auteurs.

Histoire d'O, de Pauline Réage (éditions Le Livre de Poche)

Les mains liées dans le dos, nue et les yeux bandés, O pénètre dans le château de Roissy, guidée par deux jeunes filles très belles, seins nus, aux robes d'un autre temps retroussées sur le ventre. O passera quinze jours dans ce château où l'a amenée René, son amant adoré. Les sévices subis sont chaque jour renouvelés. O est offerte et prise, fouettée et murée dans le silence, elle commence l'apprentissage de l'esclavage. Par amour pour René, la captive ira très loin dans la négation de soi. Elle abdiquera toute volonté et perdra définitivement sa liberté. Et si O change de maître, c'est pour mieux éprouver les plaisirs extrêmes qui résident dans le fait d'être totalement livrée, corps et âme au sens strict, à un homme qu'on aime et qui aime en retour. C'est un voyage sans retour qu'elle entreprend dans des contrées méconnues où le plaisir naît d'une souffrance intolérable.

Beautiful Bastard, de Christine Lauren (éditions Pocket)

L'esprit vif, travailleuse et volontaire, Chloé Mills n'a qu'un seul problème, son patron : Bennett Ryan. Exigeant, direct, dépourvu de tact, ou d'une quelconque considération à l'égard d'autrui, il est pourtant absolument irrésistible. Un salaud magnifique. Après avoir séjournée en France, Bennett retourne à Chicago pour jouer un rôle de premier plan au sein de l'entreprise familiale. Mais rien ne laissait présager que son assistante chargée de l'aider à distance lorsqu'il était à l'étranger, se révèle être cette sublime créature, dotée d'une innocence toute provocatrice et absolument exaspérante. Malgré sa réputation, Bennett n'est pas du genre à entretenir une aventure sur son lieu de travail. Mais Chloé est si séduisante qu'il envisage de faire une entorse à la règle si c'est le seul moyen pour lui, de la conquérir, de se l'approprier, de la posséder. Alors que désir et attirance mutuelle ne cessent de croître jusqu'au point de non-retour, Bennett et Chloé doivent décider exactement ce qu'ils sont prêts à perdre ou à sacrifier pour se posséder mutuellement.