A 18 ans, cette jeune Indienne met KO ses agresseurs grâce au taekwondo

Priyanka Singha Roy
Priyanka Singha Roy
Priyanka Singha Roy, une jeune Indienne de 18 ans, partait faire ses courses en vélo avec sa soeur cadette lorsque trois hommes lui sont tombés dessus. La suite est plutôt réjouissante.
A lire aussi
Le courage d'une jeune Indienne de 11 ans qui a refusé son mariage forcé inspire le monde entier
News essentielles
Le courage d'une jeune Indienne de 11 ans qui a refusé...

Dans un pays tristement réputé pour ses violences faites aux femmes (en Inde, un viol est signalé aux autorités toutes les 20 minutes), l'une des solutions pour se protéger serait s'initier aux arts martiaux. C'est en tout cas ce que montre la mésaventure de Priyanka Singha Roy, 18 ans, à Kamarpara dans la région du Bengale-occidental.

Alors qu'elle se rendait dans une boutique à 500 mètres de son foyer, trois hommes se plantent devant elle, l'insultent et tentent de lui tenir les mains. Après leur avoir demandé plusieurs fois de la laisser tranquille, Priyanka Singha Roy décide de se défendre. Elle n'a que dix mois de pratique de taekwondo, pourtant la jeune femme réussit à maîtriser ses trois assaillants.

"Après avoir entendu une agitation, nous nous sommes précipités dans l'allée et nous avons vu que la jeune fille avait posé les trois agresseurs sur le sol. Elle nous a dit qu'elle les punissait pour s'être mal conduit avec elle. Son courage inspirera d'autres personnes de la région", raconte Anirban Sen, une résidente locale au quotidien indien The Hindustan Times.

"Ma fille est passionnée d'arts martiaux. Les agresseurs n'étaient pas au courant de ses compétences et ne l'ont pas pris au sérieux lorsqu'elle leur a demandé de la laisser tranquille. Ils ont donc continué avec leurs obscénités jusqu'à ce qu'elle se défende", témoigne la mère de la courageuse élève en terminale au lycée de Sainthia, situé à 180 kilomètres de Calcutta.

Mis hors d'état de nuire par la taekwondoïste, les trois agresseurs d'une vingtaine d'années ont été ensuite appréhendés par la police.

"Elle a fait preuve d'une bravoure rare en se défendant comme elle l'a fait", a déclaré Sudheer Kumar, le chef de la police du district de Birbhum.

Ce fait divers prouve une nouvelle fois l'importance d'enseigner l'autodéfense aux femmes et d'endiguer cette culture du viol toujours omniprésente en Inde. Les initiatives se multiplient d'ailleurs, comme cette jeune Indienne qui vient de créer une "culotte anti-viol", ou des brigades de motardes pour lutter contre les agressions sexuelles.