Amy Schumer réinterprète "Portrait de la jeune fille en feu" dans une vidéo mordante

Amy Schumer rend un bel hommage à "Portrait de la jeune fille en feu".
Amy Schumer rend un bel hommage à "Portrait de la jeune fille en feu".
Boudé par les César, "Portrait de la jeune fille en feu" est acclamé à l'international. Et cela donne lieu aux hommages les plus inattendus. Comme celui de l'actrice Amy Schumer par exemple. Cette icône de la comédie américaine s'est permise un joli clin d'oeil...
A lire aussi

Vêtue d'oripeaux sombres qui lui recouvrent le corps jusqu'au bas du visage, la jeune femme court, encore et toujours, jusqu'à une falaise, suscitant la curiosité, puis la crainte, de celle qui la regarde et épouse ses pas, apeurée par ce qu'elle croit être une tentative de suicide. Au bout de ces enjambées paniquées, toutes deux finissent par se scruter, essoufflées. La jeune femme n'avait pas envie de mourir, non, juste "de courir".

Ces quelques minutes intenses constituent l'une des plus belles scènes du chef d'oeuvre de Céline Sciamma, Portrait de la jeune fille en feu. Les prémices d'une romance pas comme les autres entre deux électrons libres, Héloïse et Marianne, respectivement modèle et peintre - mais bien plus que cela au fil de leur histoire évidemment. Et la force de cette séquence n'a pas échappé à une certaine Amy Schumer.

Sur Instagram, la comédienne et humoriste, pour ainsi dire l'une des actrices les plus drôles de la culture américaine (elle vous a fait rire dans son émission Inside Amy Schumer mais aussi dans le Crazy Amy de Judd Apatow), a posté en ligne une reconstitution minutieuse de cette course à bout de souffle. Quelques secondes déjà visionnées plus d'un demi-million de fois et largement saluées par une audience admirative.

Fringues, coiffure, paysage, le "cosplay" est presque parfait.

"J'ai tellement aimé ce film"

Mais si Amy Schumer se permet - non sans décalage - de cligner de l'oeil à Adèle Haenel (dont elle reprend le rôle emblématique), c'est avant tout pour exprimer l'amour qu'elle porte au film de Céline Sciamma. D'ailleurs, elle l'avoue sans détour dans sa publication : "J'ai tellement aimé ce film. Plus qu'aucun autre cette année". Avant de demander à ses dix millions de followers : "qui l'a vu ?". On a déjà connu pire exercice de promotion.

Dans les commentaires d'ailleurs, les fans s'emballent à l'unisson. "Excellente reconstitution. J'ai adoré ce film". "C'est une merveilleuse reconstitution, merci !". Et le public anglophone ne se prive pas de tresser des lauriers au film-étendard du "female gaze", boudé par la dernière cérémonie des César - si l'on excepte la statuette décernée à raison à la directrice de la photographie Claire Mathon. "J'ai adoré. C'est une magnifique histoire d'amour. Très romantique, intemporelle...", se réjouit une internaute. On ne peut mieux dire.

Comme le démontre ce semi-pastiche viral, le phénomène Portrait de la jeune fille en feu n'a pas encore stoppé sa course. Tel que l'explique Télérama, cette romance séduit bien des publics, et notamment des spectatrices lesbiennes à travers le monde, de Los Angeles à Buenos Aires. Des femmes, bien souvent jeunes, déplorant le manque de représentativité sur grand écran (ou la qualité très relative des représentations) inhérent au thème des love stories entre femmes. C'est dire si la justesse d'écriture de Céline Sciamma - auquel s'ajuste le jeu d'Adèle Haenel et Noémie Merlant - fait l'effet d'une bouffée d'air frais dans ce panorama.

Du cinéaste Guillermo Del Toro ("Aussi délicat qu'un roman, aussi chaleureux qu'un baiser, magnifique comme une peinture !", s'est-il exclamé) à l'actrice Jessica Chastain ("Ce film est TOUT"), l'on ne compte plus le nombre de compliments de prestige adressés à l'oeuvre. Une aura à laquelle vient désormais s'ajouter le coup de coude énamouré d'Amy Schumer.