Société
En Arizona, une proposition de loi pour accuser de meurtre les femmes qui avortent
Publié le 26 janvier 2021 à 10:38
Par Pauline Machado | Journaliste
Pauline s’empare aussi bien de sujets lifestyle, sexo et société, qu’elle remanie et décrypte avec un angle féministe, y injectant le savoir d’expert·e·s et le témoignage de voix concernées. Elle écrit depuis bientôt trois ans pour Terrafemina.
Dans l'Etat d'Arizona, le représentant républicain Walt Blackman souhaiterait faire voter une loi qui permettrait d'inculper pour homicide les femmes qui avortent et les praticien·ne·s qui pratiquent la procèdure. Neuf élus se sont déjà pronconcés en sa faveur.
Une manifestation pro-avortement à Los Angeles, en mai 2019. Une manifestation pro-avortement à Los Angeles, en mai 2019.© Abaca
La suite après la publicité

L'élection de Joe Biden ne semble pas avoir calmé les ardeurs des partisan·e·s anti-choix, ni de leurs élu·e·s. Au contraire. En Arizona par exemple, une loi vient d'être proposée par le représentant républicain Walt Blackman, dans le but d'apporter quelques modifications à la définition d'un homicide. Ainsi, si le texte de Blackman était amené à être voté, serait considéré·e coupable de meurtre tout·e citoyen·ne qui "aurait pris la vie d'une personne", y compris d'un enfant à naître. Soit le foetus, "quel que soit son stade de développement", est-il précisé.

"C'est absolument révoltant"

Une proposition qui vise directement les femmes qui choisissent d'avoir recours à une interruption volontaire de grossesse, et les médecins et sages-femmes qui procèdent à l'intervention. Terriblement liberticide, mais finalement peu étonnant de la part d'un homme qui surnomme les cliniques d'avortement les "usines de la mort". En août 2020, lors d'un live sur Facebook, il avait également déclaré aux internautes : "Si vous voulez dire 'Mon corps, mon choix' (slogan du camp pro-avortement, ndlr), vous devez passer un peu de temps dans notre système pénal en Arizona. Si vous voulez tuer et mettre fin à la vie d'un autre être humain, c'est un meurtre".

Le projet supprimerait également toute protection pour les mères ou les professionnel·le·s de santé, permettant aux avocats de l'État et du pays de les poursuivre pour "homicide par avortement". Jusqu'ici, neuf autres Républicains se sont prononcés en faveur de la loi. Dans le camp démocrate en revanche, la colère est palpable. Et à juste titre.

"En tant que personne ayant déjà avorté, c'est absolument révoltant de savoir que mes collègues veulent nous condamner, mon médecin et moi, à la peine de mort pour des choix qu'ils n'ont PAS à dicter pour moi ou pour quelqu'un d'autre", s'indigne notamment la représentante Melody Hernandez.

L'organisation de planning familial locale Planned Parenthood a de son côté rappelé que la proposition arrivait pile pour le 48e anniversaire de Roe v. Wade, la décision de justice qui a établi l'avortement comme un droit légal aux Etats-Unis, et quelques jours après l'inauguration d'une "administration pro-droits reproductifs". Pour elle, il ne s'agit "pas d'une coïncidence". Et malheureusement, l'Arizona n'est pas le seul Etat à être touché par ces tentatives rétrogrades.

Les conséquences du gouvernement Trump

Dans le Mississippi, même combat chez les Républicain·e·s. Une loi proposée en début d'année demande à ce que les femmes et les soignant·e·s impliqué·e·s dans un avortement soient accusé·e·s de meurtre. Les praticien·ne·s seraient passibles d'une amende pouvant aller jusqu'à 25 000 dollars et d'une peine de 10 ans ferme pour avoir pratiqué la procédure.

Au Kansas, les Républicain·e·s mettent tout en oeuvre pour renverser une décision de la Cour suprême de l'État qui a conclu en 2019 que la Constitution locale accordait aux femmes le droit à l'avortement. En Caroline du Sud encore, la restrictive "Heartbeat bill", qui rend illégal l'IVG dès que l'on peut entendre le battement de coeur du foetus (soit autour de six semaines de grossesse), est en passe d'être adoptée.

Ces propositions scandaleuses sont les conséquences directes du gouvernement Trump, estime la directrice du Planned Parenthood Alexis McGill Johnson, qui conserve un espoir certain en ce début d'une nouvelle ère - le nouveau président américain Joe Biden s'étant formellement positionné en faveur de ce droit. "Nous avons une tonne de travail à faire pour réparer les dégâts des quatre dernières années, mais savoir que nous avons des champions qui comprennent ce qui doit se passer dans les 100 premiers jours est extrêmement enthousiasmant". Espérons donc que les actions concrètes suivent, et rapidement.

Mots clés
Société Etats-Unis IVG loi justice droits des femmes News essentielles
Sur le même thème
Excision : 200 millions de filles et de femmes vivent avec une mutilation génitale play_circle
Société
Excision : 200 millions de filles et de femmes vivent avec une mutilation génitale
5 février 2024
"Il touchait mes seins" : Gérard Miller est accusé d'agressions sexuelles et de viol play_circle
Société
"Il touchait mes seins" : Gérard Miller est accusé d'agressions sexuelles et de viol
31 janvier 2024
Les articles similaires
"L'avortement ne tue pas, il sauve des vies" : la réponse des voix féministes à CNews play_circle
Société
"L'avortement ne tue pas, il sauve des vies" : la réponse des voix féministes à CNews
27 février 2024
Sophie Marceau s'indigne : oui, l'IVG est encore "menacée" en France play_circle
Société
Sophie Marceau s'indigne : oui, l'IVG est encore "menacée" en France
24 janvier 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news