Bérengère Krief fustige avec fracas les commentaires sexistes sur Instagram

Sur Instagram, Bérengère Krief fustige les commentaires sexistes.
Sur Instagram, Bérengère Krief fustige les commentaires sexistes.
Vous la connaissez pour ses stand up pleins d'autodérision et sa performance remarquée dans la série "Bref". Mais Bérengère Krief est aussi estimée pour la liberté de parole qu'elle privilégie sur ses réseaux. Et ses réactions punchy face aux réflexions bien beaufs.
A lire aussi

Pour beaucoup, elle restera Marla, l'un des rôles secondaires les plus remarqués de la shortcom Bref. Mais en vérité, Bérengère Krief est bien plus que ça. Par-delà ses performances dans certains longs de Marilou Berry, la comédienne cultive depuis des années sa crise de la trentaine sur scène, l'espace d'irrésistibles one-woman show comme Ma mère, mon chat et Docteur House. On attend d'ailleurs son retour à la rentrée avec les représentations de son dernier spectacle de stand-up : Amour. Tout un programme.

Mais si on aime savourer son autodérision dans les salles, c'est également sur ses réseaux sociaux que l'actrice fait la part belle aux punchlines, entre deux selfies remarqués. Dernier exemple en date ? L'humoriste a partagé à ses fans quelques photos de ses vacances. Sur l'un des clichés, on la voit en pleine baignade. Ce qui lui a valu un commentaire bien beauf d'un internaute : "Tu aurais pu te montrer en maillot...on est nombreux à t'avoir vue en culotte sur scène...et ça c'est assez inoubliable". On a déjà connu meilleur hommage...

"Ah oui pardon désolée c'est vrai que j'aurais pu un peu montrer mon cul ! Quelle égoïste je fais", a ironisé en retour l'artiste, comme le rapporte le magazine people Voici. On aurait pas mieux dit.

Un coup de gueule salutaire

Et Bérengère Krief de poursuivre l'espace de quelques stories Instagram bien senties : "Ça fait vraiment chaud au coeur de voir que les notions de sexisme et objectivisation du corps de la femme sont passées totalement à côté de certaines personnes. J'espère que vous serez pas trop déçu de me voir sur scène entièrement vêtue ???". On reconnaît bien là la dérision cinglante de l'actrice. Et ses piques, jamais avares, envers le sexisme ordinaire.

"J'ai le droit de manger un concombre dans la rue MAIS il doit être en rondelles. J'ai le droit de travailler MAIS mon salaire sera toujours en soldes: moins 30%. J'ai le droit de critiquer les mecs MAIS il y a des chances que je sois une féministe extrémiste extrêmement agressive", décochait déjà la comédienne il y a cinq ans de cela, dans son spectacle Ma place est dans la salle. Une ironie qu'elle n'a jamais délaissé depuis.

En lui souhaitant tout de même des followers moins relous à l'avenir.