Cet homme a créé une cagnotte pour payer la dette de la Grèce et ça cartonne

La campagne de crowdfunding lancée par Thom Feeney.
La campagne de crowdfunding lancée par Thom Feeney.
Et si au lieu de participer à une énième cagnotte d'anniversaire en ligne, vous donniez pour sauver un pays ? Un jeune Britannique a lancé, dans la nuit de lundi à mardi, une campagne de crowdfunding pour sortir la Grèce de la faillite. Objectif : réunir d'ici sept jours 1,6 milliard d'euros...
A lire aussi

Alors que la Grèce est désormais en défaut de paiement vis-à-vis du Fonds monétaire international (FMI) après ne pas avoir honoré, mardi (30 juin), le paiement de 1,6 milliard d'euros dûs à l'institution et que le volet européen du plan d'aide au pays a pris fin à minuit, privant ainsi la Grèce de 16 milliards d'euros d'aides en tout genre, un Anglais propose une solution pour le moins originale pour venir en aide à Athènes.

"Ça représente 3 euros par Européen"

Thom Feeney a lancé une campagne de financement participatif pour sauver la Grèce de la banqueroute. Ce jeune homme de 29 ans, originaire du Yorkshire (Nord de l'Angleterre) explique sur le site de crowdfunding : "J'en avais assez de voir la crise grecque tourner en rond, avec des politiciens qui tergiversent. Cette crise concerne de vrais gens ! Je me suis dit qu'il fallait essayer quelque chose".

La cagnotte, mise en ligne dans la nuit de lundi à mardi, baptisée "Greek bailout fund" (Fonds de renflouement grec) a déjà permis de récolter (mercredi 1er juillet au matin) quelque 635.697 euros donnés par plus de 38.400 personnes. L'objectif : récolter 1,6 milliard d'euros pour rembourser la somme dûe par le pays au FMI. Si la somme paraît énorme, Thom Feeney a fait son calcul. "L'Union européenne est la demeure de 503 millions de personnes (...) 1,6 milliard d'euros, c'est ce dont la Grèce a besoin. Ça peut paraître beaucoup, mais ça représente seulement 3 euros par Européen".

Pour l'heure, la cagnotte s'élève à plus de 635.000 euros venant de plus de 38.000 donateurs.
Pour l'heure, la cagnotte s'élève à plus de 635.000 euros venant de plus de 38.000 donateurs.

Une carte postale Tsipras pour 3 euros, du Ouzo pour 10 euros

Par ailleurs, le Britannique entend joindre l'utile à l'agréable. Pour un don de 3 euros, l'internaute recevra une carte postale du Premier ministre grec Alexis Tsipras. En versant 6 euros, c'est une salade d'olives et de la Feta qui attendent le donateur. Une bouteille d'Ouzo à 10 euros, du vin grec pour 25 et un panier garni pour 160 euros. A un million d'euros, Thom Feeney promet un package complet et "beaucoup de gratitude de la part des citoyens européens et plus particulièrement des Grecs".

A l'heure actuelle, la carte postale Tsipras tient la corde avec 6.742 dons de 3 euros sur les 38.400 enregistrés. Et si, pour l'heure, personne n'a donné le million, un généreux donateur s'est engagé à donner 5.000 euros contre un séjour pour deux d'une semaine tout compris à Athènes. L'ensemble de la somme ira directement au peuple grec et tous les produits seront envoyés aux donateurs depuis la Grèce, promet Thom Feeney. Enfin, si le montant escompté n'est pas réuni sous une semaine, l'ensemble des dons sera rendu aux internautes.

En attendant, les retraits d'argent ont été stoppés dans les banques grecques, au moins jusqu'à lundi 6 juillet. Près de 850 agences, protégées par les forces de l'ordre, vont toutefois ouvrir jusqu'à la fin de la semaine pour permettre aux retraités de toucher une partie de leur pension, avec un plafond limité à 120 euros... Les distributeurs de billets demeurent eux accessibles, avec un plafond de retrait de 60 euros par jours pour les ressortissants grecs.