Portraits
Charlotte Bohn, créatrice de Gribouille, des dessins sur des tee-shirts
Publié le 22 décembre 2010 à 09:00
Par Candice Satara-Bartko
Jusqu’ici les enfants coloriaient des dessins sur du papier, et les parents priaient pour que les feutres ne s’approchent pas trop de leurs jolis habits. Charlotte Bohn a eu l’idée inverse, elle a inventé le tee-shirt à colorier.
Charlotte Bohn, créatrice de Gribouille, des dessins sur des tee-shirts Charlotte Bohn, créatrice de Gribouille, des dessins sur des tee-shirts
La suite après la publicité

En avril 2010, cette ancienne peintre décoratrice, dont l’imagination a fait ses preuves dans le milieu de l’architecture et du design, crée Gribouille, une marque de loisirs créatifs dédiée aux enfants. Son concept est original : elle propose des tee-shirts pré-dessinés que les enfants peuvent colorier à leur guise, puis porter après un simple coup de fer pour fixer les couleurs. Cette idée lui vient pendant l’été 2009, alors que, pour occuper ses deux filles, elle décide d’imprimer des coloriages et les transférer sur des tee-shirts. Succès immédiat, les petites raffolent de cette nouvelle activité et exhibent fièrement leur premières pièces uniques à l’école. Pendant ce temps, Charlotte continue de tester son idée auprès de son entourage : « A chaque anniversaire mes filles apportaient ces tee-shirts et les enfants comme les parents adoraient », se rappelle-t-elle. Il n’en faut pas plus pour convaincre la jeune femme de lancer son business.


Plus à l’aise avec la peinture qu’avec les chiffres, Charlotte Bohn compte davantage sur son instinct que sur son business plan. Mais tout de même, elle vérifie si son idée existe, rassemble ses économies, 20.000 euros et, avant toute chose, prudente, dépose son concept, ainsi que sa charte graphique, à l’INPI. Pour ce faire, elle travaille avec une amie directrice artistique qui détermine l’univers graphique et le logo de Gribouille. Elle choisit le régime de l’auto entrepreneur dont la commodité et la rapidité ne sont plus à prouver.


Il ne manque plus que le cœur de son entreprise : le produit. « J’avais une idée bien précise de ce que je voulais : des tee-shirts de bonne qualité, en coton bio et fabriqués dans des conditions équitables », explique-t-elle.  Exigeante, elle décide de les faire fabriquer, et c’est au Maroc qu’elle trouve le bon interlocuteur. Peu de temps après, elle reçoit ses 1000 premiers tee-shirts, le minimum exigé pour la fabrication. Mais mauvaise surprise, Charlotte Bohn découvre aussi, qu’en plus du tarif des tee-shirts, s’ajoutent les prix du transport et du dédouanement qui sont très élevés. Mais cela ne décourage pas la pétillante entrepreneuse. Avec son appartement blindé de feutres et de tee-shirts, elle n’a guère le choix : « les vendre ou faire dessiner mes filles jusqu’à leur majorité », rit-elle.


La rentrée 2010 est décisive, après avoir fait imprimer les fées, princesses et autres petits chevaliers, sur les tee-shirts, Charlotte se met à prospecter. Et quoi de plus efficace que les anciennes méthodes : c’est à pied, un prototype sous le bras, qu’elle part à la conquête des clients. Pas de grandes enseignes, son produit qualitatif n’a pas vocation à se retrouver partout, elle cible les petites boutiques chics des beaux quartiers. « Le 1er magasin est le plus dur, on est sur la réserve, on avance à petits pas », confie-t-elle. Mais il faut croire qu’elle est convaincante, son produit séduit les commerçants qui n’hésitent pas à lui commander quelques kits de tee-shirts. « Sur la dizaine de magasins, je n’ai pratiquement pas eu de refus et j’ai du vendre au moins 350 pièces ». Même si sa marge est minuscule (à peine 3 euros), Charlotte Bohn réussit déjà à imposer son concept et espère par la suite faire baisser ses coûts de fabrication afin d’augmenter ses bénéfices. La jeune femme vise le printemps 2010 pour atteindre l’équilibre.
D’autant que son imagination est loin d’être en panne, après les tee-shirts, la chef d’entreprise vient de recevoir ses premiers modèles de pyjamas fluorescents, à personnaliser sans modération. Sans répit, elle continue d’assembler ses kits de tee-shirts à colorier, qu’elle vendra au prix de 26 euros lors du salon « Créations et savoir-faire » cette semaine à Paris. Grâce à cet événement, elle espère renforcer sa visibilité et nouer un maximum de contacts. A quand une collection pour les adultes ?


BIO :
Date de naissance: 27 mars 1976 à Paris 12ème
1996 : Bac
2001 : diplôme de L' IPEDEC, école de peintre en décors
2001 : stage chez Pierre Bonnefille, décorateur,
2003: réalisation chantier restaurant KONG Paris, design by Philippe STARCK
2005 : naissance de sa première fille
De 2005 à 2008 : réalisation de multiples chantiers de décoration dans des lieux publics et chez des particuliers.
Avril 2010 : création de GRIBOUILLE.

Ses conseils :
-    « Bien définir son produit en amont, être claire avec ce que l’on veut faire »
-    « Etre sûre de sa cible et de son positionnement »
-    « Rester motivée et croire en son projet »

VOIR AUSSI

BAIL ART : l’Art à la portée des entreprises
Abanico : la Haute Couture du chocolat en ligne

Retrouvez tous les lundis nos portraits de créateurs dans le Parisien Economie

Mots clés
Portraits femmes créer une entreprise enfants travail
Sur le même thème
Les articles similaires
Concilier vie pro/perso quand on est maman ? "Un combat !", selon Ophélie Meunier play_circle
Lifestyle
Concilier vie pro/perso quand on est maman ? "Un combat !", selon Ophélie Meunier
2 avril 2024
Affaire Depardieu : la justice exige la remise d'enregistrements du "Complément d'enquête" à l'acteur et c'est "extrêmement problématique"
Médias
Affaire Depardieu : la justice exige la remise d'enregistrements du "Complément d'enquête" à l'acteur et c'est "extrêmement problématique"
31 mai 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news