Comment le yoga aide les victimes de violences conjugales

A New York, une association a lancé des cours de yoga qui s'adressent tout particulièrement aux femmes ayant souffert de violences domestiques. Le but est d'aider ces femmes battues à regagner confiance en elles grâce à la pratique de cette discipline axée sur la relaxation et le bien-être.
A lire aussi
Violences conjugales : au Canada, un service gratuit aide les victimes à déménager
News essentielles
Violences conjugales : au Canada, un service gratuit aide...

Aux Etats-Unis, de plus en plus de studios de yoga lancent des cours gratuits pour les plus défavorisés dans le but de les aider à sortir de l'ornière. C'est dans cette optique que l'association new-yorkaise Exhale to Inhale offre des cours de yoga aux femmes victimes de violences domestiques.

Le but de cette initiative est notamment de permettre aux participantes de retrouver la sérénité en pratiquant les postures du yoga, dont les vertus sur la santé et le bien-être ne sont plus à prouver. Le yoga permet en particulier de lutter contre l'angoisse et la dépression, dont souffrent la plupart des victimes de violences domestiques, et ce même bien longtemps après avoir échappé à leur agresseur.

Lancée en 2013, cette organisation est née sur un campus universitaire. C'est Zoe LePage, une étudiante du Barnard College passionnée de yoga, qui a eu l'idée de lancer des cours pour les femmes battues dans le cadre d'un projet d'action sociale organisé par son établissement. L'idée a fait son chemin puisqu'Exhale to Inhale propose aujourd'hui des cours de yoga dans cinq foyers d'accueil à travers la New York et qu'une trentaine de femmes assiste à ces sessions chaque semaine.

"Le mot d'ordre est de 'provoquer le changement à travers le monde'", explique Zoe LePage, qui travaille désormais comme consultante au sein de l'association. "Je savais que je voulais faire quelque chose autour du yoga parce que cela m'a aidée à me sentir forte, belle et bien dans mon corps. J'ai autour de moi des amies et une personne de ma famille qui ont subi des violences domestiques et j'ai été si choquée par ce qu'ont vécu ces femmes que je chéris tant. J'ai compris que cela pouvait arriver à n'importe qui et cela m'a semblé être l'occasion de rendre à ces femmes ce que le yoga m'a apporté à moi", poursuit la jeune femme.

A la tête du programme de cours dispensé par Exhale to Inhale, Tara Tonini est devenue professeure de yoga après avoir découvert les bienfaits de cette discipline. Cette jeune femme qui a elle-même été victime de violences domestiques raconte : "Je fréquentais un type horrible qui a fini par atterrir en prison. Au cours de la procédure judiciaire, j'ai découvert le yoga et cela m'a aidée à me sentir bien à nouveau. J'étais complètement anesthésiée, j'avais perdu pied. Je devais apprendre à respirer. Je ne savais absolument pas comment survivre et encore moins comment respirer. Le yoga m'a sauvée".

Quatre ans après, Tara Tonini estime que c'est un privilège de voir "comment le yoga soigne ces femmes". "Nous créons un espace clair et calme pour des femmes qui ont laissé leur vie d'avant derrière elles et qui, accueillies au sein du foyer, cherchent à construire une nouvelle existence. Ces foyers sont des lieux risqués. Nous fermons la porte à clef et pendant une heure, elles peuvent se sentir vraiment à l'abri.", explique-t-elle.

Aux Etats-Unis, une femme sur quatre est victime de violences conjugales. Environ 1,3 million d'Américaines sont agressées chaque année par leur partenaire.