Départ de Claire Chazal : l'hommage de son ex compagnon Patrick Poivre d'Arvor

Claire Chazal et PPDA le 11 septembre dernier
2 photos
Lancer le diaporama
Claire Chazal et PPDA le 11 septembre dernier
Dans cette photo : Claire Chazal
L'annonce inattendue du départ de Claire Chazal du JT de TF1 aura surpris tout le monde, même son ancien compagnon et père de son fils, lui même évincé par la chaîne, PPDA.
A lire aussi

Après 24 ans de bons et loyaux services, l'icône du 20 heures du week-end présente son dernier journal télévisé ce soir sur TF1. Remerciée par son employeur, Claire Chazal sera remplacée dès la semaine prochaine par son "joker", Anne-Claire Coudray. Nombreux sont ceux qui ont manifesté leur soutien à la journaliste, comme son ancienne consoeur, Anne Sinclair qui dénonce par la même occasion la "brutalité" de TF1.

C'est aussi le cas d'un autre ancien confrère qui connaît bien son sujet, Patrick Poivre d'Arvor. Celui qui a présenté le JT du soir tous les jours pendant 21 ans a lui aussi perdu sa place en 2008 au sein du groupe. Une éviction qu'il condamne toujours aujourd'hui. L'écrivain a d'ailleurs rendu hommage à la mère de son fils François en tweetant ces quelques mots : "En pensées avec Claire Chazal. Déci­dé­ment ! Je connais ses quali­tés. Elle va rebon­dir et je me réjouis de la retrou­ver sur Radio Clas­sique..."

Un "décidément" bien placé qui fait écho aux propos de Claire Chazal en juin dernier sur le divan de Marc-Olivier Fogiel. Visiblement, la journaliste ne s'attendait pas à ce revirement de situation. "J'y pense souvent. J'espère que j'anticiperai, que je l'organiserai, que j'arriverai à le vivre calmement... Je redoute énormément le moment où cette façon d'exercer mon métier de journaliste va s'arrêter", avouait-elle en évoquant son hypothétique départ.

Cette semaine, PPDA s'est également exprimé dans le magazine Télé 2 semaines dans lequel il condamne un acte brutal de la part de TF1. "Personne n'est opposé au renouvellement mais cela se prépare en amont. Quel besoin d'exécuter un présentateur en place publique ?" se demande-t-il.