Dropped : les témoignages bouleversants de Philippe Candeloro et Alain Bernard

Le nageur Alain Bernard et le patineur artistique Philippe Candeloro
Le nageur Alain Bernard et le patineur artistique Philippe Candeloro
Dans cette photo : Philippe Candeloro
Tout comme Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine, Philippe Candeloro et Alain Bernard participaient à Dropped. Témoins du terrible accident d'hélicoptère qui a coûté la vie de leurs trois amis et sept membres de la production, ils ont accepté de témoigner pour la première fois face caméra.
A lire aussi
"Des barbelés dans mon corps" : témoignage sur l'enfer de l'endométriose
News essentielles
"Des barbelés dans mon corps" : témoignage sur l'enfer de...

Philippe Candeloro et Alain Bernard sont des hommes meurtris. Il y a deux jours, alors qu'ils participaient en Argentine à Dropped, les deux sportifs ont assisté, impuissants, au crash d'hélicoptère qui a coûté la vie de leurs amis Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine, aux deux pilotes et à cinq membres de l'équipe de production.


Pour la première fois depuis le drame, ils ont accepté de revenir lors du JT de 20 heures sur TF1 sur les circonstances du drame et témoigner de leur soutien avec les familles des victimes.


"On était en train d'attendre, j'ai vu les hélico décoller, je les ai vu partir. Ils ont fait un premier tour et puis on s'est dit, ça y est ils sont partis. Je me suis mis à l'ombre dans le camion parce qu'il faisait encore un peu chaud à cette heure-ci et puis d'un seul coup on entend un 'Plaf'", a raconté Philippe Candeloro, très ému.


"Les médecins de la production sont arrivés en même temps que nous quasiment. Ils étaient aussi impuissants que nous, ils n'ont pas pu s'approcher. Très vite, ce sont les autorités qui ont mis ce périmètre en place. On savait comment ça se passait car sur la rotation de l'expédition précédente, on monte dans l'hélicoptère, on s'attache, on met notre casque et après on met notre bandeau sur les yeux car c'est le but du jeu de ne pas savoir où on est. On savait qu'ils pouvaient communiquer entre eux et qu'ils n'ont pas vu ce qui se passait. C'est dur à dire c'est ce qui nous réconforte là-dedans. Ils n'ont pas eu le temps de réaliser. C'est dur, on est resté en vie, on est encore de ce monde et on se dit pourquoi eux et pas nous", a poursuivi Alain Bernard.


Transférés à Villa Union après le drame, les deux sportifs devraient bientôt prendre l'avion pour la France.

L'interview de Philippe Candeloro et Alain Bernard
Dans cette vidéo : Philippe Candeloro