Société
DSK parle enfin : "Qu'on me laisse tranquille !"
Publié le 10 octobre 2012 à 09:33
Par Ide Parenty
Dans un long entretien accordé au Point, l'ex-directeur général du FMI dénonce la « traque médiatique », la « chasse à l'homme » dont il estime faire l'objet depuis l'affaire du Sofitel, mais s'interdit en revanche « tout commentaire sur la situation politique française et le gouvernement actuel ». Extraits.
DSK parle enfin : "Qu'on me laisse tranquille !" DSK parle enfin : "Qu'on me laisse tranquille !"© AFP
La suite après la publicité


Pour la première fois depuis son intervention sur le plateau de TF1 en septembre 2011, Dominique Strauss-Kahn se confie dans un entretien accordé au Point à paraître jeudi. « Je n'ai plus de responsabilités publiques, je ne suis plus candidat à rien, déclare-t-il. Je n'ai jamais été condamné, ni dans ce pays ni dans aucun autre. Par conséquent, rien ne justifie que je sois devenu l'objet d'une traque médiatique qui, certains jours, ressemble à une chasse à l'homme. (...) Je ne supporte plus qu'on s'arroge le droit d'abuser de ma situation et des enquêtes judiciaires qui me visent - à tort - pour bafouer ma vie privée et en livrer aux quatre vents des lambeaux, réels ou inventés, sous prétexte de je ne sais quelle transparence moralisatrice. Qu'on me laisse tranquille ! »

Toujours mis en examen pour « proxénétisme en bande organisée » dans l’affaire du Carlton de Lille, l’ancien directeur général du FMI évoque aussi les conséquences de ces affaires sur sa vie privée, avouant une certaine « naïveté » : « J'ai longtemps pensé que je pouvais mener ma vie personnelle comme je l'entendais, sans incidence sur l'exercice de mes responsabilités, confie-t-il. Y compris des comportements libres entre adultes consentants - il existe de nombreuses soirées à Paris pour cela, vous seriez surpris d'y rencontrer certaines personnes... J'ai été naïf, pour ne pas dire plus. Ce qui est peut-être valable pour un chef d'entreprise, un sportif ou un artiste ne l'est pas pour un politique. J'étais trop en décalage avec la société française sur ce point pour un responsable politique. Je me suis trompé. »

Si DSK ne souhaite pas s’exprimer sur l’actualité politique, il revient sur sa campagne présidentielle avortée, et exprime son regret d’avoir « causé une double déception aux Français - à ceux qui ont été choqués d'apprendre des choses qu'ils ne soupçonnaient pas sur [sa] vie privée et à ceux qui ont été déçus qu'à cause de [son] comportement, [il] n'ait pas été en situation de faire [son] devoir ». Enfin, il n’exclut pas dans un avenir proche de s’engager dans de nouvelles missions : « Je sens la possibilité de m'investir dans de grands projets internationaux, de participer à la réalisation de choses importantes qui pourraient vraiment contribuer à changer la vie des gens, dans des endroits du monde qui ont besoin d'aide. Pour l'instant, je suis encore entravé par ma situation. »

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

DSK : presque blanchi de "viol en réunion" dans l'affaire du Carlton de Lille
Anne Sinclair/DSK : la séparation officialisée
L'affaire DSK adaptée au théâtre

Mots clés
Société Buzz justice france
Sur le même thème
Roman Polanski enfin jugé : mais pour quelle raison ? play_circle
"Oui, il faut parler !" : Isild le Besco accuse Benoît Jacquot de violences play_circle
Société
"Oui, il faut parler !" : Isild le Besco accuse Benoît Jacquot de violences
22 février 2024
Tout est chaos : Mylène Farmer entre (enfin) dans le dico, oui oui play_circle
Culture
Tout est chaos : Mylène Farmer entre (enfin) dans le dico, oui oui
2 mai 2024
Les articles similaires
Au Japon, le choix de la garde partagée en cas de divorce est enfin possible, sauf en cas de violences conjugales
Famille
Au Japon, le choix de la garde partagée en cas de divorce est enfin possible, sauf en cas de violences conjugales
26 juin 2024
"Des cinéastes qui ont abusé des femmes..." : Macha Méril parle de François Truffaut play_circle
Culture
"Des cinéastes qui ont abusé des femmes..." : Macha Méril parle de François Truffaut
6 mars 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news