Elisabeth Borne va-t-elle déjà partir ?

Elisabeth Borne va-t-elle déjà partir ? La question semble se poser après la débâcle de la majorité présidentielle lors des élections législatives.
À lire aussi

Elisabeth Borne pourrait-elle déjà quitter le gouvernement ? La question se pose suite aux résultats du second tour des élections législatives, qui a acté la déroute de la majorité présidentielle. En effet, avec seulement 245 sièges, le camp d'Emmanuel Macron a perdu sa majorité absolue. Comment le président va-t-il réagir après cet échec ?

Comme le rappelle le site de France Info, il est d'usage qu'à l'issue de ce scrutin, le Premier ministre remette la démission de son gouvernement. C'est une tradition républicaine.

La cheffe du gouvernement Elisabeth Borne a donc remis sa démission à Emmanuel Macron ce 21 juin matin. Ce dernier l'a cependant refusée "afin que le gouvernement reste à la tâche et agir en ces jours", a fait savoir l'Elysée à l'AFP. Selon Le Monde, Elisabeth Borne va réunir l'ensemble des membres du gouvernement en début d'après-midi ce 21 juin.

"La Première ministre a plaidé pour rester afin d'avoir les outils pour faire face à la situation et aux urgences des Français, ce qu'on ne pouvait pas faire avec un gouvernement démissionnaire et en gestion des affaires courantes", a détaillé l'entourage de la Première ministre.

Comme l'énonce encore Le Monde, Emmanuel Macron aurait refusé la démission du gouvernement remis par Elisabeth Borne pour éviter "de se retrouver avec un exécutif empêché" à l'heure de la signature de "décrets importants". Le président serait à l'heure actuelle en attente de "solutions constructives".

"Elle est globalement fragilisée"

Pourtant, Elisabeth Borne, critiquée pour son manque de leadership, apparaît bien affaiblie après la déroute législative et un score personnel plutôt faible dans la 6e circonscription du Calvados (52,46%). Le politologue Bruno Cautrès explique : "Elisabeth Borne sort globalement fragilisée, elle n'a pas mené réellement la campagne et elle est élue avec un petit score".

"Elle est légitime à rester, et elle est capable de trouver des majorités sur des textes, il faut la voir à l'épreuve du Parlement. Mais la décision appartient au seul président de la République, c'est son choix et je le soutiendrai", nuance auprès de FranceInfo François Patriat, chef de file des sénateurs LREM.

L'opposition de son côté plaide pour un départ de la Première ministre. "Ce qui est sûr, c'est qu'Elisabeth Borne est disqualifiée. J'espère que nous arriverons à la faire partir", "Mme Borne devrait partir. Le premier résultat de l'élection législative d'hier, c'est que le gouvernement tel qu'il a été constitué par Emmanuel Macron ne peut pas continuer à gouverner comme si de rien n'était", se sont ainsi exprimés les députés de la France Insoumise Mathilde Panot et Manuel Bompard.

Mais alors qu'Emmanuel Macron avait pris trois longues semaines pour nommer la Première ministre à Matignon le 16 mai dernier, pourrait-il déjà la "débrancher" ? "Ce n'est pas son caractère", souligne un conseiller ministériel cité par FranceInfo. Si elle est ainsi maintenue à son poste, Elisabeth Borne aura du pain sur la planche en pleine crise politique.