Emira D'Spain devient la première femme trans noire égérie de Victoria's Secret

Emira D'Spain est la première femme noire trans à collaborer avec Victoria's Secret
Emira D'Spain est la première femme noire trans à collaborer avec Victoria's Secret
Après des années de critiques légitimes ciblant son manque de diversité et ses propos transphobes, Victoria's Secret accueille Emira D'Spain à son bord, première femme trans noire à travailler avec la marque.
À lire aussi

C'est Emira D'Spain qui a annoncé la nouvelle sur son compte Instagram, et l'émotion est palpable tant le symbole est fort.

"Je suis honorée d'être la première fille noire trans à travailler avec Victoria's Secret. Enfant, je rêvais de faire partie de Victoria's Secret", commente la mannequin de 25 ans, qui n'oublie pas de célébrer Valentina Sampaio, première femme transgenre à collaborer avec la marque. Modèle qui "a ouvert la voie", célèbre Emira D'Spain. Et d'ajouter : "C'est un tel honneur de poursuivre cet héritage".

"Montrer que les industries de la beauté et de la mode changent"

Emira D'Spain, originaire de Dubaï mais ayant grandi au Texas, est très influente sur les réseaux sociaux. Et notamment sur TikTok, où 780 000 personnes sont abonnées à son compte et apprécient particulièrement son humour.

"Tout mon travail repose sur la confiance et l'amour de soi", déclare-t-elle dans un communiqué. "Je veux inspirer les jeunes femmes et hommes trans du monde entier pour leur montrer que les industries de la beauté et de la mode changent ! Surtout si vous êtes une personne non blanche. Je suis tellement reconnaissante de travailler avec Victoria's Secret et j'espère que cela ouvrira la voie à celles et ceux après moi." Inspirant.

Un pied-de-nez aux propos de l'ex-directeur marketing

Comme Valentina Sampaio, cette décision intervient après les propos transphobes et grossophobes d'Ed Razek, alors directeur marketing de L Brands, maison mère de Victoria's Secret, dans une interview pour Vogue US en novembre 2018. "Vous ne devriez pas avoir des transsexuels (sic) dans la série ? Non. Non, je ne pense pas que nous devrions", déclarait-il. "Parce que le spectacle est un fantasme. C'est un divertissement spécial de 42 minutes."

Dès la publication de ces lignes, le responsable avait été confronté à un immense retour de bâton. A juste titre. Une pétition visant à boycotter le défilé de la marque a même circulé en ligne et a été signée par plus de 9 000 personnes. En conséquence, Razek a présenté ses excuses pour ses commentaires quelques jours plus tard.

"Ma remarque concernant l'inclusion de modèles transgenres dans le défilé de mode de Victoria's Secret a été perçue comme insensible. Je m'en excuse", avait-il par la suite écrit dans une lettre d'excuses publiée par le compte Twitter officiel de Victoria's Secret. "Pour être clair, nous sommes absolument prêts à faire participer un mannequin transgenre au défilé. Des mannequins transgenres ont participé à des castings... Et comme beaucoup d'autres, ils n'ont pas réussi... Mais il n'a jamais été question de genre. J'admire et respecte leur parcours pour embrasser qui ils sont vraiment."

Il a démissionné quelques jours après l'arrivée de l'égérie trans Valentina Sampaio.

La question demeure toutefois : les efforts de la marque pour être plus inclusive émanent-ils d'une véritable volonté de faire bouger les lignes, ou de motivations purement marketing ? Une chose est sûre, la représentation transgenre, elle, a des répercussions concrètes et réjouissantes, la preuve avec les commentaires enthousiastes des personnes concernées sous la publication d'Emira D'Spain.