Les mannequins trans rejetées par Victoria's Secret : le boycott qui ne passe pas

Ed Razek, directeur marketing de Limited Brands, maison mère de Victoria's Secret, et Behati Prinsloo, mannequin.
Ed Razek, directeur marketing de Limited Brands, maison mère de Victoria's Secret, et Behati Prinsloo, mannequin.
Le 8 novembre, le défilé Victoria's Secret avait lieu à New York. Quelques heures avant, une interview dévoilait les propos honteux d'Ed Razek, directeur marketing de Limited Brand (maison mère de la marque) envers la communauté trans. Tollé assuré.
A lire aussi

Chaque année, les réseaux sociaux sont inondés de clichés du défilé Victoria's Secret où déambulent en petite tenue les mannequins les plus célèbres du moment. Des photos qui prônent les standards de beauté occidentaux et qui ont tendance à nous foutre de sacrés complexes. Mais cette fois-ci, ce n'est pas la collection de la marque américaine qui a fait bondir Internet.

Lors d'un entretien avec Vogue US publié juste avant le show, Ed Razek, le directeur marketing de Limited Brands, la maison mère de Victoria's Secret, a été interrogé sur la question des mannequins transgenres. Plus précisément, sur l'absence de celles-ci.

La réponse du représentant a été glaçante : "Devrions-nous faire ci, devrions-nous faire ça ? Ne devrions-nous pas faire défiler des modèles trans ? Non, je ne pense pas que nous devrions. Et pourquoi pas ? Parce que le show est un fantasme. C'est une émission spéciale de 42 minutes. Voilà ce que c'est. Il est unique au monde, et n'importe quelle autre marque de mode se damnerait pour l'avoir, y compris les concurrents qui se moquent de nous."

Deux infos : quand on lit l'entretien en entier, on comprend clairement qu'Ed Razek en a marre qu'on lui pose la question et ensuite, il insinue explicitement que les femmes transgenres ne sont le fantasme de personne. Comment dit-on "tollé international" en anglais, déjà ?

Les réactions ne se sont pas fait attendre, et à juste titre. Andreja Pejic, la mannequin transgenre australo-bosnienne, a répondu à la déclaration d'Ed Razek sur Instagram : "C'est extrêmement triste de voir des personnes puissantes de l'industrie tenir de propos si périmés en public avec une telle sérénité. Si on ne peut pas montrer l'exemple dans ce qui est censé être une ville progressiste, comment espère-t-on faire changer les choses dans le reste du pays ?".

La mannequin réagit aux déclarations d'Ed Razek.
La mannequin réagit aux déclarations d'Ed Razek.

Un commentaire qui s'ajoute à ceux de nombreux twittos qui ont aussi défendu la communauté LGBTQ+.

"Le fantasme peut toujours être vendu, indépendamment de l'identité sexuelle, de la taille ou de la silhouette d'une femme. Je suppose qu'on connait le secret de Victoria maintenant. C'est en fait un mec blanc hétéro et abruti avec des opinions dépassées sur ce qui rend une femme sexy."

De son côté, Victoria's Secret a diffusé un message d'excuse du principal concerné, qui écrit notamment : "Pour être clair, nous embaucherions évidemment un modèle transgenre pour le défilé. Nous avons reçu des modèles transgenres lors de castings... Et comme beaucoup, elles n'ont pas été sélectionnées... Mais cela n'a jamais été à cause du genre".

Si on reste sceptique quant à l'explication, on espère que les choses changeront très rapidement.