Guy Béart - sa fille Emmanuelle : "C'est l'une des personnes les plus brillantes que j'aie connues"

A 85 ans, le chanteur Guy Béart est mort. Père de deux filles, dont l'actrice Emmanuelle Béart, bien connue du public français, ce monument de la culture française suscitait aussi l'admiration de sa famille.
A lire aussi

Il a longtemps été le plus connu des deux. Guy Béart, mort ce mercredi 16 septembre, était un monument de la chanson et de la culture françaises. Né en Egypte, au Caire, cet amoureux des lettres et de la musique était également une tête bien faite. Poursuivant ses études à pParis, au prestigieux lycée Henri IV, l'auteur du Grand Chambardement décrocha un diplôme d'ingénieur des Ponts et chaussées avant d'embrasser la brillante carrière de saltimbanque qu'on lui connaît.

"Amoureux des femmes", comme il le déclara lui-même dans un entretien à Paris Match, Guy Béart conut une vie amoureuse elle aussi bien remplie, qui lui donna deux filles. Eve, d'abord, devenue plus tard créatrice de bijoux. Puis, quatre ans plus tard, Emmanuelle, née de ses amours avec Genevière Galéa, alors mannequin et actrice. Très tôt séparé des deux mères, Guy vécut à distance de l'éducation de ses filles, dont il resta néanmoins très proche. Dans un entretien également accordé à l'hebdomadaire Paris Match, Emmanuelle Béart, devenue ensuite une célèbre comédienne, était revenue sur ses liens avec ce père fascinant.

"Quand j'allais chez mon père, je découvrais Aragon, Brassens ou Pompidou dans la piscine."

"C'est l'une des personnes les plus brillantes que j'aie connues", avait-elle ainsi avoué, ajoutant que Guy Béart lui avait donné le goût de l'écriture un été où, l'enjoignant à "aller s'ennuyer dans sa chambre", il l'avait poussée à coucher sur des dizaines de cahiers ses pensées intimes. Elevée à Cogolin, la jeune femme avoue avoir longtemps eu du mal à faire le grand écart entre le monde très hippie dans lequel elle baignait chez sa mère, militante un peu loufoque et celui de son père, entouré de célébrités du monde culturel. "Quand j'allais chez mon père", dit-elle, "je découvrais Aragon, Brassens ou Pompidou dans la piscine."

Lorsqu'elle reçut son Cesar en 1987 (meilleure actrice dans un second rôle pour Manon des sources), le père et la fille étaient réunis, heureux, posant fièrement devant les photographes.