La défaite des Nord-Irlandaises au foot ? La faute à leur "émotivité" selon l'entraîneur

Kenny Shiels, le 12 avril 2022 à Belfast, Irlande du Nord
Kenny Shiels, le 12 avril 2022 à Belfast, Irlande du Nord
Les joueuses de foot d'Irlande du Nord ont perdu face à l'Angleterre en éliminatoires du Mondiale 2023. Pour leur sélectionneur, Kenny Shiels, la raison de cette défaite n'est autre que la trop grande "émotivité" des sportives. Lunaire.
À lire aussi

Ce mardi 12 avril, les Anglaises ont remporté 5-0 les qualifications de la Coupe du monde de 2023 face à l'Irlande du Nord. Mais dans le camp opposé, la déception a rapidement laissé place à l'indignation. Lors d'une conférence de presse en sortie de match, le sélectionneur de l'équipe nationale féminine d'Irlande du Nord, Kenny Shiels, a ainsi justifié le résultat de ses joueuses par une réflexion lunaire.

"Les filles et les femmes sont plus émotives que les hommes. Alors elles prennent un but, puis se démobilisent", a-t-il osé. Et de continuer sur sa lancée hallucinante, généralisant son observation stéréotypée à toute la discipline. "Dans le football féminin, vous aurez remarqué, si vous suivez les schémas habituels, que lorsqu'une équipe encaisse un but, elle en encaisse un deuxième dans un laps de temps très court. C'est un problème que nous avons. Pas seulement l'Irlande du Nord, mais tous les pays ont ce problème".

A écouter son raisonnement, ce ne serait donc en aucun cas à cause de leur supériorité technique et athlétique que les adversaires auraient remporté la rencontre, ni le signe d'une incompétence côté entraîneur, mais bien parce que les Nord-Irlandaises, et les femmes toutes autant qu'elles sont, ne peuvent pas retenir leurs foutues larmes, ni se concentrer après un s'être pris un but. "Foireux" est un doux euphémisme.

Des propos "insensés"

Sur les réseaux sociaux, les réactions ont été vives et unanimes. "Les propos de Kenny Shiels sont insensés ! Cet homme n'a jamais vu combien de fois je pleurais sur la pelouse !", a notamment lâché l'ancien international anglais Ian Wright, photo à l'applui.

Un internaute anonyme a également critiqué "des points de vue embarrassants et dépassés", ajoutant que "les personnes ayant de telles attitudes n'ont pas leur place en tant qu'entraîneur dans le football féminin. Je dirais également que le fait que votre équipe perde la tête après avoir encaissé un but est un signe de mauvais entraînement à tous les niveaux du football."

Réalisant - un peu trop tard - son dérapage, Kenny Shiels a conclu sa déclaration par un : "Je n'aurais pas dû vous dire ça" paniqué. Malheureusement, il y a de bonnes chances que cette dernière phrase révèle davantage sa crainte de se faire virer qu'une prise de conscience nécessaire de son sexisme décomplexé.