Cette photographe célèbre les personnes non-binaires

"Outside The Binary" : une série photo pour célébrer le "Gender Fluid"
"Outside The Binary" : une série photo pour célébrer le "Gender Fluid"
La photographe algéro-norvégienne Linda Bournane Engelberth a lancé une série de photos-témoignages pour explorer la vision des personnes qui se revendiquent "non-binaires". C'est-à-dire ni homme, ni femme.
A lire aussi
Cette photographe défie les stéréotypes avec des princesses championnes
News essentielles
Cette photographe défie les stéréotypes avec des...

Au-delà des traditionnels schémas qui consistent à diviser les individus en deux catégories de genre en fonction de leur sexe (féminin ou masculin), certaines personnes se considèrent comme des "gender fluid", c'est-à-dire comme à la fois un homme et une femme. Ou bien aucun des deux.

Qu'est-ce qui motive ces personnes à s'émanciper de ces notions profondément ancrées dans nos sociétés ? L'artiste algéro-norvégienne Linda Bournane Engelberth répond à cette question dans une série de photographies intitulée "Outside of the binary" ("Au-delà de la binarité"), réalisée avec l'agence VII Photo.

Publié sur Instagram, le projet compile clichés et témoignages de personnes de tous les âges et originaires des quatre coins du monde.

"Pour moi, être non-binaire signifie que je ne veux pas être catégorisé comme un groupe, je veux être qui je veux. Je ne veux pas m'enfermer dans un seul sexe, je veux embrasser les deux. La binarité de genre est l'idée qu'il y a seulement deux genres possibles : masculin et féminin."

"Quelqu'un qui s'identifie comme non-binaire ou queer considère donc qu'il n'y a pas lieu d'être confiné. Les personnes non-binaires peuvent aussi s'identifier comme transgenre, ce qui signifie que leur conception des genres diffère de celle qui leur a été attribuée à la naissance."

Gabriel, 19 ans, originaire de Chicago.

"Je ne veux pas être catégorisée comme homme ou femme parce qu'être genderfluid, c'est être sans limites. Cela veut dire que je peux tout être à la fois. Je me sens comme ça depuis longtemps, depuis que je suis enfant".

Ana, 22 ans, originaire d'Indonésie.

"Je veux vivre dans un monde où chacun se sent libre d'exprimer sa vraie authenticité – et ne se sent pas limité par ce que les autres personnes supposent ou attendent en se basant sur des normes de genre dépassées."

Falk, 21 ans, originaire de Norvège.