Harvey Weinstein se rend (enfin) à la police : que risque-t-il ?

Harvey Weinstein en avril 2017
Harvey Weinstein en avril 2017
Dans cette photo : Harvey Weinstein
Le producteur hollywoodien Harvey Weinstein vit comme un paria depuis les révélations sur ses crimes présumés en octobre dernier, qui ont déclenché le mouvement planétaire #MeToo. Ce vendredi 25 mai, il sort de son trou pour aller se rendre à la police.
A lire aussi
Chic, mon enfant rentre (enfin) à l'école
News essentielles
Chic, mon enfant rentre (enfin) à l'école

Enfin ! Alors qu'il est accusé par une centaine de femmes (dont les actrices Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et Asia Argento) d'agressions et de harcèlement sexuels, le producteur hollywoodien Harvey Weinstein va enfin rendre des comptes. Selon des informations du New York Times qui cite une source judiciaire, Weinstein va se rendre à la police ce vendredi 25 mai à New York. Un accord aurait été passé entre les avocats du producteur déchu de 66 ans et le procureur de Manhattan. Il serait accusé de viol sur une victime qui souhaite rester anonyme et d'avoir obligé une femme à lui faire une fellation en 2004, l'actrice Lucia Evans, alors qu'il l'avait attirée dans un rendez-vous pour parler travail.

Après s'être rendu à la police, il sera emmené directement devant le procureur Cyrus Vance à la cour criminelle de Manhattan pour y être inculpé. Avec Benjamin Brafman comme avocat d'Harvey Weinstein, les images de ce vendredi vont nous rappeler des souvenirs. En 2011, c'était dans ce même tribunal, avec le même procureur et le même avocat qu'on avait assisté à l'inculpation de Dominique Strauss Khan pour l'agression de Nafissatou Diallo.

Harvey Weinstein sera, selon les médias américains, remis en liberté après le versement d'une caution d'un million de dollars, le port d'un bracelet électronique et la remise de son passeport. Par la voix de son avocat, le producteur s'était exprimé par le passé, niant toute "relation sexuelle non consentie".

Le procureur Vance a mis du temps à réagir par peur du manque de preuves. L'avocat d'Harvey Weinstein, Benjamin Brafman, est aussi un grand avocat. Il avait réussi à éviter la prison à DSK. Mais la pression du mouvement #MeToo qui réclame justice pour les victimes de violences sexuelles mais aussi de l'opinion publique, ont sans doute changé la donne. Le procureur fédéral cette fois-ci a lancé une enquête selon les informations du Walt Street Journal, ce qui aurait précipité la décision du procureur de Manhattan.

Deux figures du mouvement #MeToo ont réagi à la nouvelle: la première, Tarana Burke, à l'origine du mouvement. "Aujourd'hui, nous avons fait un pas de plus vers la justice[...] C'est super cathartique pour beaucoup de victimes." L'actrice Rose McGowan a elle indiqué jeudi soir (24 mai) : "J'avais perdu espoir de voir notre violeur rendre des comptes devant les tribunaux".

Les médias du monde entier seront là pour assister à cette journée.

Depuis l'automne dernier, Harvey Weinstein est devenu un paria planétaire. Il a quitté la direction sa compagnie de production. Il a vendu ses sociétés déclarées en faillite et autrefois valorisées à deux milliards de dollars pour moins de 320 millions. En novembre dernier, il avait passé 45 jours dans un centre médical en Arizona pour "addiction sexuelle" avant de se terrer chez sa fille à Los Angeles. Il avait laissé entendre qu'il souhaitait partir en Suisse pour terminer sa thérapie mais les autorités lui avaient interdit de quitter le territoire de peur qu'il s'enfuit.

En plus des deux plaintes pour lesquelles il se présente aujourd'hui et qui sont sa première inculpation depuis l'automne, de nombreuses plaintes l'attendent à Los Angeles, Toronto au Canada ou à Londres au Royaume-Uni. L'histoire n'est pas finie. Elle ne fait que commencer. Weinstein risque la prison à vie. Il risque aussi la ruine. Son ancienne boîte de production est attaquée en justice pour avoir su et laissé faire. L'accord de vente de ses sociétés n'est donc pas complètement conclu alors qu'elles risquent de devoir monter un fonds d'indemnisation pour les victimes.

Harvey Weinstein, qui sera l'anti-héros d'un film produit par la société de production de Brad Pitt Plan B, est devenu un symbole. Celui des comportements d'hommes du passé. La postérité retiendra que c'est les révélations sur ses crimes qui auront lancé une nouvelle phase dans la libération de la parole des femmes, mais aussi de la réappropriation de leur corps, après celle de la pilule et de l'avortement.

UPDATE : Harvey Weinstein a été inculpé ce vendredi 25 mai d'un viol et d'une agression sexuelle. Il témoignera devant un grand jury la semaine prochaine et reviendra devant le tribunal le 30 juin.