Jean-Luc Lahaye et sa fille au coeur d'une sordide affaire de viols sur mineures

Jean-Luc Lahaye et sa fille au coeur d'une affaire de viols sur mineures
Jean-Luc Lahaye et sa fille au coeur d'une affaire de viols sur mineures
Le chanteur Jean-Luc Lahaye a été arrêté ce 3 novembre à Paris par les policiers de l'Office central pour la répression des violences aux personnes. En cause : son implication dans une affaire de viols sur mineures. Sa fille a également été interpellée, pour complicité.
A lire aussi

Après une condamnation en 2015 pour corruption de mineurs, Jean-Luc Lahaye a été de nouveau interpellé ce mercredi 3 novembre au matin, affirme Le Parisien. Placé en garde à vue pour "viols et agressions sexuelles sur mineur de plus de 15 ans", ainsi que "corruption de mineur", le musicien de 68 ans aurait agressé deux adolescentes de 16 et 17 ans, alors sous son emprise, dans les années 2013-2014. L'une d'elles, d'ailleurs, étant celle pour laquelle il avait été condamné il y a 6 ans.

Précisément, rapporte encore le journal qui cite des sources concordantes, le chanteur aurait eu des rapports sexuels avec les jeunes filles et leur aurait demandé de se déshabiller et de prendre des poses à caractère sexuel par webcam. Les victimes avaient déjà porté plainte lors d'une première enquête, puis l'avaient retirée.

Elles l'ont réitérée en ce début d'année, expliquant aux policiers avoir pris conscience des faits subis, et du recul sur leur admiration pour l'accusé. Une nouvelle enquête préliminaire a donc été ouverte par le parquet de Paris par la suite.

Sa fille et les mères des victimes mises en cause

Jean-Luc Lahaye n'est pas le seul à avoir été arrêté ce mercredi matin. Sa fille, Margaux, a également été placée en garde à vue pour "subornation de témoin" et "complicité de viol", poursuit Le Parisien. Elle aurait fait pression sur les deux adolescentes pour qu'elles se taisent.

Deux autres personnes lui emboîtent le pas et sont également mises en cause : les mères des victimes qui, elles, font face aux chefs de "non-dénonciation de crime" et "complicité de viol". Fans du chanteur, elles auraient poussé leurs enfants à avoir des rapports avec lui, et les auraient même accompagnées lors de ces "rencontres" sordides.

Parce qu'il a déjà écopé d'un an de prison avec sursis le 18 mai 2015 dans la première partie de l'affaire, l'agresseur supposé peut voir sa garde à vue durer 48 heures avant un possible déferrement. La justice pourrait également demander son placement en détention provisoire. A suivre.