3 bonnes raisons de tenir un journal de sommeil

Tenir un journal de sommeil
Tenir un journal de sommeil
Vos nuit sont plutôt agitées et votre manque de repos commence à rendre vos journées compliquées. La solution n'est pas forcément de vous assomer à la mélatonine, mais plutôt de tout noter dans un journal de sommeil. On vous explique.
A lire aussi
10 bonnes raisons de ranger son bureau
Mag
10 bonnes raisons de ranger son bureau

On entend l'expression depuis quelques temps déjà (les recherches ont explosé sur Pinterest- +128%), sans savoir vraiment à quoi ça correspond. Le journal de sommeil semble à la mode (un peu comme le bullet journal, son homologue consistant à se donner de petits buts pour mieux organiser son quotidien), et c'est tant mieux. Il requiert une assiduité sans failles sur une période donnée, et vous demandera de noter, comme l'indique AlaskaSleep :

  • A quelle heure vous vous êtes couché·e
  • Le temps qu'il vous a fallu pour vous endormir
  • A quelle heure avez-vous quitté le lit le matin
  • Le nombre de fois où vous vous êtes réveillée pendant la nuit
  • À quel point votre sommeil était reposant
  • Ce qui a pu perturber votre sommeil (troubles respiratoires, mouvements des jambes, insomnie, etc.)
  • Le nombre de boissons caféinées consommées au cours de la journée
  • Le nombre de boissons alcoolisées consommées au cours de la journée
  • Les médicaments pris pendant la journée
  • Le temps passé à faire de l'exercice, et à quelle heure

Ensuite, c'est à vous de jouer. Pour vous convaincre un peu plus de passer le pas, voici 3 raisons pour lesquelles l'adopter.

1- Pour observer votre rythme et vos habitudes de sommeil

La consigne indispensable à la tenue d'un journal de sommeil reste la rigueur. C'est en notant scrupuleusement chaque détail que vous commencerez à déceler un schéma répétitif, et à l'analyser.

Vous pourrez ainsi y voir plus clair quant aux heures de coucher les plus propices à un réel repos durant la nuit, étudier pourquoi certaines nuits, vous vous réveillez à 5 heures 30 pétantes sans pouvoir vous rendormir avant 45 minutes - et finir complètement décalquée le matin -, et la raison derrière ce besoin incessant de grasses matinées qui rend vos réveils presque insoutenables.

2- Pour ajuster votre routine de coucher en fonction

Une fois la phase d'observation entamée, vous pourrez rapidement faire le point sur ce qui vous empêche de dormir comme un bébé et, à l'inverse, ce qui vous plonge quasi instantanément dans les bras de Morphée. La tasse de café après 18 heures se traduit automatiquement par une nuit agitée ? Misez sur une pause moins tardive. Le verre d'alcool de trop vous aide certes à vous endormir, mais au réveil, vous vous sentez moins fraîche qu'au coucher ? Résolvez l'équation dans votre tête.

Enfin, les heures auxquelles vous décidez de vous mettre au lit aussi, ont une incidence sur la qualité de votre sommeil. Tenir un journal rigoureux vous permettra d'identifier quel schéma vous convient le mieux, afin de l'appliquer le plus souvent possible.

3- Pour remarquer les changements bénéfiques

Que vous décidiez de modifier vos nuits seul·e, grâce à ce que vous avez appris dans votre journal, ou que vous le fassiez consulter par votre médecin, afin d'avoir un diagnostic d'expert·e, appliquer des changements selon cette observation quotidienne vous aidera à améliorer votre cycle de sommeil et à en récolter les bénéfices.

Car qui dit meilleur repos dit aussi plus grande productivité, meilleure humeur, plus belle peau et meilleure hygiène de vie en général. Tout ça grâce à quelques coups de crayons assidus dans un carnet.