L'égalité au travail ? C'est aussi une affaire d'hommes

Que faire de plus pour l'égalité des sexes en entreprise ? Le Financial Times a la réponse
Que faire de plus pour l'égalité des sexes en entreprise ? Le Financial Times a la réponse
Dans un article paru lundi 14 septembre dans le "Financial Times", le journaliste Andrew Edgecliffe-Johnson s'est penché sur les inégalités entre femmes et hommes au travail. Et en profite pour donner quelques conseils à ses confrères pour qu'un jour les femmes puissent espérer elles aussi avoir le même salaire et la même carrière que les hommes. À quand une initiative similaire en France ?
A lire aussi

Le Financial Times serait-il en passe de faire son coming-out féministe ? Si jusqu'ici, la presse économique – française comme internationale - s'était contentée de relater sans vraiment prendre position les avancées en matière d'égalité professionnelle, l'initiative du quotidien britannique pourrait bien changer la donne à la City et les autres places financières, où être un homme offre encore bien des avantages auxquels les femmes n'ont pas droit.

Dans un éditorial paru sur le site du journal lundi 14 septembre, le rédacteur en chef du bureau new-yorkais Andrew Edgecliffe-Johnson jette un pavé dans la mare et fait ce que jusqu'ici aucun autre journaliste financier n'avait fait dans les colonnes du Financial Times : prôner l'égalité professionnelle entre femmes et hommes.

Évoquant au passage les discriminations dont sont victimes les femmes dans le monde professionnel – quand les hommes gagnent un dollar, les femmes se contentent d'empocher 77 cents, elles n'occupent que 21% des postes de direction chez Google et 23% chez Facebook - Andrew Edgecliffe-Johnson rappelle qu'"au rythme actuel du progrès, nous devrons atteindre 81 ans pour obtenir la parité entre les sexes sur le marché mondial du travail".

Inacceptable pour Andrew Edgecliffe-Johnson, qui a sa petite idée de la manière dont accélérer les choses : que les hommes fassent leur la cause des femmes au sein de leur entreprise.

Les hommes, porte-paroles de la parité en entreprise

Si évidemment rappelle le journaliste, "le fossé existant entre les hommes et les femmes est trop grand pour que vous puissiez y changer grand-chose", les salariés peuvent néanmoins oeuvrer au sein de la société qui les emploie pour voir si cette dernière est vraiment exemplaire en matière d'égalité professionnelle.

Le premier conseil que donne Andrew Edgecliffe-Johnson aux employés masculins est d'enquêter sur la structure qui les emploie. "Informez-vous sur la proportion de femmes rejoignant et quittant l'entreprise et sur celle des promotions qui leur sont accordées. Découvrez à quel point est mauvais l'écart de rémunération et concentrez-vous sur la façon de l'effacer la prochaine fois que les primes sont en cours de discussion."

Mieux encore, selon le journaliste : les hommes devraient insister auprès de leur direction pour que soient mises en place des politiques égalitaires en termes d'embauche, d'évaluation et de rémunération.

Autre recommandation faite aux hommes : ouvrir à leurs collègues femmes la liste de leurs contacts sur LinkedIn. Non seulement ces dernières pourront ainsi étendre et entretenir leurs réseaux, mais les hommes aussi y gagneront en profitant de "divers points de vue de femmes cadres" et surtout en "parrainant des femmes de talent dans l'amélioration de leur équilibre vie pro-vie perso".

"Et, le plus important de tout, demandez aux femmes avec qui vous travaillez leur avis. Vous êtes entouré par des expertes dans ce sujet. Faites-en bon usage", insiste Andrew Edgecliffe-Johnson.

S'allier contre le sexisme au travail

Entre les remarques graveleuses glissées au détour d'un couloir et la difficulté d'imposer son point de vue en réunion, les femmes sont régulièrement confrontées au sexisme en milieu professionnel. Pour que cela cesse, les hommes ne doivent pas fermer les yeux.

Vous assistez à un cas flagrant de "manterrupting" (lorsqu'un homme coupe la parole à une femme en réunion) ? "Interrompez à votre tour le collègue masculin pour permettre à votre consoeur de terminer ce qu'elle avait à dire".

Les hommes doivent aussi se questionner sur les comportements sexistes récurrents – et souvent inconscients - en entreprise. "Lors des processus de recrutement, demandez pourquoi vos collègues recruteurs se penchent davantage vers le candidat masculin. Lors des négociations salariales, demandez à voir les données sur les salaires en fonction du sexe. Lorsque vous êtes invité à prendre la parole lors d'une conférence 100% masculine, dites aux organisateurs de trouver d'abord autant de femmes intervenantes."

Et surtout, en cas de "compliment" déplacé sur la tenue ou le physique d'une femme de la part d'un salarié, ou de toute autre remarque sexiste, "prenez-le à part pour lui rappeler que nous sommes en 2015".

"Vous savez déjà que vous faites partie du problème, mais sachez que vous pouvez être la solution aussi", conclut Andrew Edgecliffe-Johnson, qui termine son édito avec un dernier conseil. "Oh, et quand vous rentrez à la maison, faites la vaisselle."