Simone, la voix de la SNCF, nous lit des histoires (et on adore)

Simone, la voix de la SNCF, nous lit des histoires
Simone, la voix de la SNCF, nous lit des histoires
Nombreux·se·s sont les artistes à utiliser les réseaux sociaux pour nous apporter un peu de réconfort. Mais celle-là, on ne l'avait pas vue venir. A notre plus grand bonheur, Simone, l'inégalable voix de la SNCF, a repris le micro pour nous conter des chapitres d'oeuvres littéraires. En voiture tout le monde (et Simone, donc) !
A lire aussi

On avait déjà pris l'habitude d'écouter Fabrice Luchini lire des fables de Jean de La Fontaine sur Instagram. Un ton unique qui a su, sans surprise, éveiller notre curiosité et nous empêcher de décrocher de son monologue animé. Pour celles et ceux qui n'ont pas le temps ni la motivation (et il n'y a rien de mal à ça, on insiste) de se plonger dans des ouvrages de plus de dix pages, l'astuce est réjouissante. Et l'acteur n'est pas le seul à se lancer.

Depuis le 7 avril, une autre voix iconique s'est mise à la lecture : Simone Hérault, qui prête accessoirement la sienne à la SNCF dans toutes les gares de France, depuis 1981. Celle qui accompagne d'habitude nos trajets en train conte désormais les grands classiques de la littérature. Les Vieux d'Alphonse Daudet ou encore Un nouveau pneu d'Alphonse Allais. Ce projet en collaboration avec Lire Autrement, la compagnie de lecture que Simone Hérault a montée, permet aux internautes de découvrir des textes et de "s'évader de chez soi", explique l'entreprise ferroviaire dans un communiqué, sans passer le pas de la porte.

"Les Vieux", d'Alphonse Daudet, par Simone Hérault.

Ce n'est pas la première fois que la comédienne sort de ses fonctions. Dans un entretien avec le Nouvel Obs, elle expliquait faire aussi "des annonces de mariage ou des petits messages personnels à l'attention des cheminots qui partent en retraite", déclarait-elle. "Un geste que je trouve normal, car on fait tous partie de la même famille". Au-delà d'offrir une échappatoire aux auditeurs et auditrices, l'interlude a aussi l'avantage de s'entendre à travers les brouhahas que le confinement en famille implique. Car Simone Hérault l'affirme, elle a un don particulier : "D'un point de vue technique, j'ai, à ce qu'il paraît, un timbre idéal car il est facilement audible dans un univers sonore comme celui d'une gare. Je suis, dirait-on, 'sur une bonne fréquence'".

"Un nouveau pneu", d'Alphonse Allais, par Simone Hérault.

Plutôt que de se passer les informations en boucle et de sombrer dans une anxiété nocive, on coupe tout et on se laisse bercer par les histoires de la SCNF, lues par leur mascotte - et ex-animatrice de FIP. Une idée qui nous fait passer le temps en cultivant nos classiques, ou habille nos journées d'un fond sonore réconfortant. Après tout, rien de tel que la voix qui symbolise les départs pour avoir l'impression de voyager loin.