Pourquoi la footballeuse Paula Dapena a tourné le dos pendant l'hommage à Maradona

La footballeuse Paula Dapena refuse de rendre hommage à Diego Maradona.
La footballeuse Paula Dapena refuse de rendre hommage à Diego Maradona.
Icône sportive, mais également sociale, politique... Diego Maradona n'était pas un champion comme les autres et aujourd'hui, le monde entier pleure sa mort. Mais pas la footballeuse espagnole Paula Dapena, qui a eu un geste fort et (forcément) remarqué lors de l'hommage à la star argentine.
A lire aussi

Des stades du monde entier aux rues d'Argentine, ils sont si nombreux, les sportifs, journalistes ou simplement fans anonymes à avoir rendu hommage au footballeur Diego Maradona, disparu le 25 novembre dernier. Pour beaucoup, le meilleur joueur de l'histoire du foot était, plus qu'un numéro 10 de légende, une source d'inspiration, voire même de vénération. Adulé, oui, quitte à passer sous silence sa part d'ombre.

Facette que tient à rappeler Paula Dapena. Joueuse au sein du club espagnol Viajes Interrias FF, l'athlète n'a pas souhaité respecter l'hommage qui a eu lieu lors du match amical qui opposait son équipe au RC Deportivo Abanca. Et l'a fait savoir en tournant le dos à ses consoeurs, position forte assumée lors de la minute de silence prévue. Pourquoi ce geste ? Paula Dapena souhaite rappeler que Maradona était notamment accusé de violences domestiques.

Comme le rappelle le site du journal L'Equipe, la footballeuse professionnelle de troisième division désire ainsi alerter l'opinion publique quant aux violences conjugales que le champion argentin était accusé d'avoir commis hors du terrain, intention qui lui tenait particulièrement à coeur à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, ce 25 novembre. Aux médias nationaux, la sportive insiste : "Etre footballeuse, c'est aussi être un individu et avoir des valeurs qui vont au-delà de celles de Maradona".

"Je le referais mille fois de plus"

Et son geste fort et militant n'a pas fait l'unanimité. La footballeuse a témoigné au micro de l'émission de radio argentine A Diario : "J'ai reçu des menaces de mort, tout comme certaines de mes coéquipières". Une situation déplorable. Mais Dapena ne regrette rien. "Je le referais mille fois de plus". Ce qui lui vaut l'admiration des militantes féministes, comme Sophia Sept, activiste au sein du mouvement Femen.

"La footballeuse justifie sa posture en expliquant que Diego Maradona était violent, et qu'être un champion du ballon rond ne pardonne en rien son comportement délétère. Ça vaut bien le coup de tourner le dos à tous les honneurs, le cul sur le gazon. Merci Paula !", écrit-elle sur Twitter. Et la militante de conclure : "Sacrée Paula".

Rappelons, tel que l'indique le journal belge Le Soir, que Maradona avait été accusé de violences conjugales envers son ancienne conjointe Rocio Oliva en 2014. Lors d'une agression captée en vidéo, il l'aurait battue en ignorant ses cris - "Stop, stop, arrête de me frapper". Une plainte avait été déposée. En 2018, la journaliste Yekaterina Nadólskaya avait aussi accusé la superstar de harcèlement, précise le média Expreso. Au sujet de son ex-compagne, Maradona aurait simplement déclaré vouloir... "[lui] arracher la tête".