Une participante à Miss Italie défile avec son bébé et se fait lyncher

Une participante à Miss Italie défile avec son bébé et se fait lyncher
Une participante à Miss Italie défile avec son bébé et se fait lyncher
Parce qu'elle a osé défiler avec sa fille en porte-bébé, Alessia Spagnulo, une participante au concours Miss Italie, a reçu des centaines de menaces de mort. Une haine qui en dit long sur les stéréotypes sexistes qui collent encore à la peau des femmes dans le pays.
A lire aussi

Pour certains hommes, entre prétendre au titre de Miss Italie et avoir des enfants, il faut choisir. Alessia Spagnulo l'a appris à ses dépens. Le 19 janvier, cette jeune Italienne de 24 ans participait à Rome aux sélections qui se déroulaient dans le cadre du concours de beauté national italien.

Alessia Spagnulo avait prévu de concourir mais s'est retrouvée le jour des sélections avec un souci : ni son mari, ni sa mère ne pouvait garder sa fille Chloé, 6 mois, pendant qu'elle défilait. Plutôt que de renoncer à son rêve, la jeune femme a alors décidé de ne pas cacher le fait qu'elle était maman. Mieux encore : alors que ses concurrentes se proposaient de garder Chloé pendant qu'elle défilait, Alessia Spagnulo a préféré assumer totalement sa maternité en défilant devant les juges en maillot de bain et avec sa fille en écharpe dans le porte-bébé. "Pourquoi devrais-je le cacher ?"

Si Alessia était particulièrement fière d'être la première prétendante au titre de Miss Italie à défiler avec son enfant, son initiative n'a pas du tout été du goût de ses compatriotes. Sur les réseaux sociaux, la jeune femme a dû essuyer un torrent d'insultes particulièrement violentes et dégradantes, certaines se muant même en menaces de mort. "Tu mérites de mourir pour ça", "C'est contre nature" ou encore "Tu devrais t'en tenir à rester femme au foyer" sont des exemples des messages haineux reçus par la jeune femme sur une photo de son compte Instagram où on la voit avec sa fille dans les coulisses du concours de beauté.

"Je n'ai jamais été victime d'autant de violence auparavant, mais je refuse de répondre", a déclaré la prétendante au titre de Miss Italie au Times. Fière d'être mère tout en gardant un cap sur sa carrière, la jeune femme a tenu à délivrer un message à toutes les mamans et futures mamans qui hésiteraient à suivre son exemple. "Vos rêves peuvent se réaliser, même si vous avez un enfant et devez prendre en charge les mille tâches qui en découlent", a-t-elle affirmé.

En Italie, les jeunes femmes qui ont des enfants sont autorisées à participer au concours de Miss Italie depuis 1994. Les organisateurs de la compétition ont d'ailleurs apporté officiellement leur soutien à Alessia Spagnulo, qu'ils ont sélectionné pour la prochaine étape du concours. La jeune maman fait donc partie des 18 finalistes au titre de Miss Italie, retenues parmi les 130 postulantes. "Nous sommes heureux d'offrir cette opportunité à tout le monde. Nous évaluons la beauté et le talent" avant tout, a déclaré Patrizia Mirigliani, l'équivalent de notre Sylvie Tellier nationale.

Si le concours de Miss Italie accepte dans les faits les jeunes mères parmi les concurrentes, les mentalités sont loin d'être aussi progressistes dans ce pays où les inégalités femmes-hommes sont encore très marquées : avec un écart salarial de 3,58 recensé par le Forum économique mondial (WEF) en 2017, l'Italie figure à la 127e place sur 135 des pays où les inégalités salariales entre femmes et hommes sont les plus fortes. Et tant que l'on continuera à stigmatiser les mères qui refusent de renoncer à leurs aspirations professionnelles pour rester à la maison, cela ne sera pas près de changer.