Le tire-fesses, la position idéale pour se réchauffer cet hiver

Le tire-fesses, la position pour se réchauffer cet hiver
Le tire-fesses, la position pour se réchauffer cet hiver
Vous partez au ski d'ici peu et avez peur de ne plus connaître les bases ? Pas de panique, cette position sexuelle pourrait vous remettre en forme. On a nommé : le tire-fesses.
À lire aussi

L'hiver s'installe, la neige tombe à gros flocons dehors et le froid se glisse doucement jusque sous nos draps. Pour faire face à cette baisse saisonnière des températures, il y a plusieurs astuces : allumer un feu, accumuler les couches de vêtements, enchainer les chocolats chauds et autres laits fumants à la cannelle, monter le thermostat. Ou alors, se foutre carrément à poil et compter sur la chaleur de l'autre pour gagner quelques degrés et supporter l'air extérieur.

A ce sujet - celui du coït pour ne pas geler - il existe des parades qui s'y prêtent particulièrement. Celles qui mises sur le peau à peau, notamment. Le missionnaire et ses variations (qu'on peut aussi faire sous la couette) ou la levrette allongée, par exemple. Et puis, encore plus dans le thème de ces prochains mois : le tire-fesses.

La position du tire-fesses, mode d'emploi

Là, normalement, vous vous demandez quelle acrobatie la position va encore impliquer. De former un Y avec son partenaire façon téléski et skieur ? De faire l'amour en avançant très vite et en pente ? De requérir que l'autre ait un chibre démesuré à l'image de la perche ? Ou une analyse plus littéral par rapport à l'expression : de tester la sodomie ? Rien de tout ça.

Non, le tire-fesses se pratique ainsi : la personne qui est pénétrée monte sur un lit, un canapé ou un tabouret, dos à la personne qui pénètre. La première fléchit ses genoux comme en position de chaise (ou de descente en poudreuse), la deuxième colle son torse à son dos et la soutient en lui tenant les fesses. S'en suit un mouvement de va-et-vient intensifié par un angle de pénétration inédit et un accès privilégié pour le partenaire à notre clitoris.

Une chose est sûre : vous ne verrez plus jamais les remontées mécaniques de stations comme avant - et c'est tant mieux. Pour ce qui est de l'après-orgasme, rien n'interdit de continuer sur la même lancée en savourant un petit verre de vin chaud, un vin blanc savoyard, voire même, de se faire une raclette en amoureux.

De quoi arriver préparée comme il se doit (ou plus) pour les vacances de Noël ou de février.