Buzz
Pour Apolline de Malherbe, il y a "trop de femmes" dans les matinales politiques : vraiment ?
Publié le 3 octobre 2023 à 15:24
Par Clément Arbrun | Journaliste
Passionné par les sujets de société et la culture, Clément Arbrun est journaliste pour le site Terrafemina depuis 2019.
"On n'a plus rien à prouver aujourd'hui. Je trouve même qu'il y a trop de femmes dans les interviews politiques !". Apolline de Malherbe s'est confiée sans filtre sur l'épineux métier qu'elle incarne. Quitte à (nous) faire réagir...
Pour Apolline de Malherbe, il y a "trop de femmes" dans les matinales politiques : vraiment ?
Laurent Nunez is interviewed by Apolline de Malherbe on RMC/BFMTV in Paris, France on July 13, 2023. Photo by Alain Apaydin/ABACAPRESS.COM C'est une pique d'une légère ironie comme elle en a le secret. Dans le cadre d'une interview accordée à Buzz TV, l'émission médias du Figaro, la matinalière politique Apolline de Malherbe s'est exprimée sur un vaste sujet : la parité dans le journalisme. Plus précisément, dans le journaliste politique. Théma qui fâche ?
Alexis Corbiere is interviewed by Apolline de Malherbe on RMC/BFMTV in Paris, France on April 4, 2023 Photo by Alain Apaydin/ABACAPRESS.COM Toujours est-il que pour la voix fétiche des auditeurs de RMC, le combat pour l'égalité des sexes ne semble plus vraiment d'actualité dans ce champ culturel-là. Elle affirme sur le plateau : "On n'a plus rien à prouver, aujourd'hui ça s'est ouvert. Je trouve même qu'il y a trop de femmes...".
"Je ne vais pas jouer contre mon camp", tient à préciser Apolline de Malherbe du côté de Buzz TV, "mais j'aime un monde d'échanges où chacun trouve sa place" "On ne doit pas passer d'un extrême à l'autre. Il faut qu'il y en ait pour tout le monde. Je passe un appel pour qu'il y ait des hommes intervieweurs !". Au moins, c'est clair.
La suite après la publicité

C'est une pique d'une légère ironie comme elle en a le secret. Dans le cadre d'une interview accordée à Buzz TV, l'émission médias du Figaro, la matinalière politique Apolline de Malherbe s'est exprimée sur un vaste sujet : la parité dans le journalisme. Plus précisément, dans le journaliste politique.

Théma qui fâche ?

Toujours est-il que pour la voix fétiche des auditeurs de RMC, le combat pour l'égalité des sexes ne semble plus vraiment d'actualité dans ce champ culturel-là. Elle affirme sur le plateau : "On n'a plus rien à prouver, aujourd'hui ça s'est ouvert. Je trouve même qu'il y a trop de femmes...".

On imagine bien ce que suggère là la star d'Apolline Matin. La présence médiatisée de Léa Salamé sur France Inter, Amandine Bégot sur RTL, Sonia Mabrouk sur Europe 1, autant de visages familiers du grand public qui témoignent d'une "féminisation" de la profession.

Mais "trop de femmes", vraiment ?

Trop de femmes, vraiment ?

"Je ne vais pas jouer contre mon camp", tient à préciser Apolline de Malherbe du côté de Buzz TV, "mais j'aime un monde d'échanges où chacun trouve sa place. On ne doit pas passer d'un extrême à l'autre. Il faut qu'il y en ait pour tout le monde. Je passe un appel pour qu'il y ait des hommes intervieweurs !". Au moins, c'est clair.

Par contre, pour ce qui est de ce "d'un extrême à l'autre", il y a encore de quoi papoter, et sérieusement. Cette année encore, Radio France l'affirmait : "la parité dans les médias, ce n'est pas encore ça". Selon le rapport annuel de l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom pour les intimes), les femmes occuperaient l'antenne - à la télé et à la radio - à raison de 44 %. On est loin de l'hégémonie.

Du coup, "trop de femmes", ce n'est pas encore assez, n'est-ce pas ?

En outre, pour ce qui est de la politique, les femmes demeurent là encore sous-représentées, "aussi bien en temps d'antenne qu'en temps de parole", nous apprend ce rapport de l'Arcom. Hormis quelles stars des matinales citées plus haut, il y a encore beaucoup, beaucoup "d'efforts" à faire.

Même si, nous assure cette étude étayée, le journalisme politique, "spécialité historiquement prestigieuse et masculine dans les médias d'information générale et politique français, s'est progressivement féminisé depuis les années 1990 et 2000". On pourrait dire que c'est une bonne nouvelle.

Souci ? La perduration d'un sexisme ambiant qui implique d'adopter certaines stratégies et postures de la part des professionnelles de l'information... C'est notamment le sexisme des élus à leur encontre qui s'avère toujours aussi systématique. Un immense ras le bol se fait ressentir.

Apolline de Malherbe est consciente de ce sexisme d'ailleurs, puisque elle-même n'hésite pas à le mettre en lumière. Récemment encore, elle taclait ainsi subtilement l'âgisme qui y règne, en affirmant en interview : "Un jour, je serai passée de date pour la télé. Vieillir physiquement me préoccupe. Une vieille journaliste, on lui fait moins souvent signe".

L'âgisme, pour rappel, ce sont ces discriminations dont sont victimes les personnes, et notamment les femmes, une fois passé le cap de la quarantaine. Des hommes "âgés" intervieweurs, en comparaison, ce n'est vraiment pas ce qui manque sur nos postes de télé...

Mots clés
Buzz News essentielles Médias sexisme hommes / femmes television
Sur le même thème
Est-on condamné·e à finir solo quand on cherche l'amour à Paris ? play_circle
Lifestyle
Est-on condamné·e à finir solo quand on cherche l'amour à Paris ?
12 avril 2024
Cinéma : 3 super portraits de femmes à voir gratuitement en streaming ce weekend play_circle
Culture
Cinéma : 3 super portraits de femmes à voir gratuitement en streaming ce weekend
29 mars 2024
Les articles similaires
"Je fais la..." : la stratégie de Marie Portolano face aux porcs sexistes play_circle
Médias
"Je fais la..." : la stratégie de Marie Portolano face aux porcs sexistes
27 mars 2024
Marine Tondelier dénonce l'absence des femmes politiques sur les plateaux des débats télé (et elle a bien raison) play_circle
Société
Marine Tondelier dénonce l'absence des femmes politiques sur les plateaux des débats télé (et elle a bien raison)
5 juillet 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news