Pourquoi les Chinoises exhibent-elles leurs poils d'aisselles ?

Sur les réseaux sociaux, une activiste féministe chinoise a lancé un concours de poils d'aisselles pour dénoncer les diktats de la beauté. Ou quand les poils deviennent une arme féministe.
À lire aussi

Qui postera le meilleur selfie de ses poils d'aisselles ? C'est le concours lancé sur le réseau social chinois Weibo par Xiao Meili, célèbre activiste féministe. Voulant montrer la beauté naturelle du corps des femmes, elle a invité les Chinoises à poster des photos d'elles et de leurs aisselles non épilées. A la clé, des préservatifs, des vibromasseurs et des objets permettant aux femmes d'uriner debout pour les meilleures photos. Et elles sont déjà nombreuses à avoir participé afin de revendiquer ces poils qu'elles aiment tant.

Remettre en cause les diktats

A travers les poils d'aisselles, c'est tous les diktats de la beauté que la société impose aux femmes que Xiao Meili veut remettre en cause. "Les femmes devraient avoir le droit de décider comment elles gèrent leur corps, dont des petits détails comme les poils d'aisselles. [...] Vous ne devez pas vous sentir obligée par la pression des stéréotypes", explique-t-elle.

Des stéréotypes nouveaux en Chine, puisque s'épiler les aisselles est une pratique assez récente dans le pays. Pour Xiao Meili, l'épilation est la conséquence directe de l'occidentalisation du pays qui a apporté avec elle ses standards de beauté. Et si elle ne veut forcer personne à ne plus se raser, elle espère bien que ce concours d'un genre nouveau permettra de mettre à mal la norme selon laquelle les poils d'aisselles sont inacceptables et dégoûtants.

Les poils d'aisselles, une arme féministe ?

Ce n'est pas la première fois que les aisselles des femmes sont porteurs des revendications. En 2014, le photographe Ben Hopper lançait son projet "Natural Beauty". En photographiant des femmes dont le physique correspond aux critères de beauté en vogue mais avec les aisselles poilues, l'homme cherchait à montrer que beauté et pilosité ne sont pas incompatibles. Il voulait ainsi dénoncer le "lavage de cerveaux" opéré par l'industrie cosmétique. Car comme l'expliquent les femmes du mouvement armpits4august, visant à laisser pousser ses poils d'aisselles en août dernier pour soutenir la lutte contre le syndrome des ovaires polykystiques : "La pratique de l'épilation paraît tellement obligatoire aux femmes que beaucoup le font depuis qu'elles ont des poils, sans n'avoir jamais considéré une autre alternative."

Garder ses poils serait donc une forme de liberté pour des femmes qui refusent qu'on les oblige à dégainer la pince à épiler, encore moins l'industrie cosmétique. Un moyen, en somme, de rappeler qu'elles sont les seules propriétaires de leur corps. Même chez les stars, Madonna n'a pas hésité à s'afficher tous poils dehors sur instagram. Les poils seraient donc une véritable arme féministe. Et ça, les Chinoises l'ont bien compris !