Pourquoi porter des culottes de grand-mère est féministe

La culotte de grand-mère connaît un retour en grâce auprès de la génération Y, qui dédaigne les strings au profit de ce sous-vêtement naguère considéré comme anti-sexe. Pour le "New York Times", qui s'est penché sur cette tendance récente, porter une culotte couvrante en coton serait même un acte féministe. Explications.
A lire aussi

La culotte de grand-mère, comble du sexy ? Dans un article publié le 27 mai, le très sérieux New York Times rapporte que les ventes de string sont en déclin aux Etats-Unis, remplacés par les culottes de coton. Un phénomène que le quotidien analyse sous l'angle politique.

Le fait est, le string est passé de mode aux Etats-Unis, les jeunes filles lui préférant de nos jours les dessous confortables. Et les chiffres sont révélateurs : les ventes de strings auraient en effet baissé de 7% en 2014, tandis que les sous-vêtements plus couvrants, comme les slips et même les culottes taille haute, à l'image de la célèbre culotte de Bridget Jones, ont vu leurs ventes augmenter de 17%. "Pour la génération Y, le fait de porter des dessous qui couvrent toutes les fesses est considéré comme cool", explique au New York Times Bernadette Kissane, une analyste marketing.

"Les hommes aiment les filles en T-shirts et culottes blanches"

Un phénomène illustré par le lancement de plusieurs marques estampillée trendy, comme "Ten Undies", "Hello Beautiful", déjà adoptée par la papesse du cool Chloë Sevigny, ou encore "Me & You", qui commercialise également des culottes simplissimes, ornées de l'inscription "féministe" à l'arrière. Sur Instagram, les adeptes de la marque n'ont d'ailleurs de cesse de poster des photos d'elles vêtues de ces culottes en guise de revendication.

Pour le New York Times, porter une culotte de grand-mère a tout du geste féministe : après avoir choisi pendant des années leurs sous-vêtements pour plaire aux hommes, les femmes feraient désormais passer leur confort avant la séduction. L'idée sous-jacente ? On est sexy quand on se sent bien, un point c'est tout. Et Daphne Javitch, la fondatrice de "Ten Undies", de renchérir : "Je pense que l'idée répandue selon laquelle les hommes aiment les strings perlés et les trucs en dentelle est fausse. En fait, les hommes aiment les filles en T-shirts et culottes blanches."

Un argument peut-être pertinent, mais qui sous-entend une fois de plus que les goûts des hommes devraient être pris en compte dans le choix des sous-vêtements. On retiendra donc plutôt le fait que les femmes plébiscitent de plus en plus les sous-vêtements confortables et que les marques de lingerie s'adaptent, ce qui est le signe d'une évolution des mentalités encourageante.