"Il approche mon visage de son sexe" : de nouveaux témoignages glaçants contre PPDA

"Il m'attrape les cheveux et approche mon visage de son sexe". Le nouveau numéro du magazine "Complément d'enquête" diffusé ce 28 avril sur France 2 dévoile de nouveaux témoignages accablants contre le journaliste Patrick Poivre d'Arvor.
À lire aussi

"Je suis assise de l'autre côté de son bureau. (...) Subitement, comme ça, en une seconde, il me demande si j'ai un petit copain. Je me suis sentie glacée. (...) Et là il se lève, fait le tour de son immense bureau. Il vient s'asseoir à côté de moi, met ses mains sur mes épaules et m'embrasse." Dans le cadre du magazine de société Complément d'enquête diffusé ce 28 avril sur France 2 à 23h, Mathilde, diplômée d'une école de journalisme âgée de 24 ans, raconte avoir été violée par le tout-puissant Patrick Poivre d'Arvor en 1995. "Il m'a basculée avec ses mains sur la moquette. Mon corps était là, mais moi, je n'étais plus là. Il a enlevé mon pantalon, il a enlevé son pantalon, et il m'a violée."

Elle fait partie des femmes qui ont accepté de livrer un nouveau témoignage contre le journaliste dans cette enquête intitulée "PPDA, la chute d'un intouchable".

Comme le relève le journal Libération, la jeune femme développe également face aux caméras le récit accablant d'une tentative de viol qui aurait eu lieu un soir au sein même de la rédaction de TF1 : "Il venu près de moi, contre moi, il a déboutonné son pantalon, il m'a attrapée par les cheveux, il a approché mon visage de son sexe. Je me suis débattue, comme une folle. C'était d'une telle violence. Il s'est rhabillé, il est parti, sans un mot."

Selon France 2, la jeune femme a porté plainte pour viol contre PPDA ce mercredi 27 avril au commissariat du XXe arrondissement de Paris.

"Il repérait les très belles femmes et il les draguait"

Un reportage de Complément d'enquête qui met en lumière d'autres déclarations tout aussi accablantes. Comme ces propos d'Estelle Youssouffa, ex-présentatrice sur LCI, relayés par FranceInfo : "PPDA, c'était le coeur nucléaire de la machine de TF1, un homme omnipotent, quasiment déifié par la rédaction, très protégé, comme Lagerfeld chez Chanel. Il repérait les très belles femmes, et il les draguait. Il les draguait lourdement".

"Il y avait un carnet qui était disponible pour toute la rédaction pour qu'on puisse se joindre ; PPDA pouvait accéder à tous les numéros, et ne se privait pas de le faire", poursuit encore la journaliste. Estelle Youssouffa rapporte également une situation alarmante : PPDA aurait même récupéré l'adresse d'une journaliste pour se rendre à son domicile, la harcelant en bas de chez elle avant que son mari n'intervienne finalement.

"Cette amie a rencontré PPDA au travail, elle lui a dit à plusieurs reprises 'niet'... eh bien, il a continué à la harceler, jusqu'à débouler en bas de chez elle, à sa porte, en train de hurler à l'amour. Elle a du demander à son mari de le chasser. Il n'entendait pas son refus", explique Estelle Youssouffa à Complément d'enquête.

Ces nouveaux témoignages s'ajoutent aux nombreuses accusations dont fait l'objet l'ancien présentateur du JT de TF1 : 22 témoignages à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), 8 plaintes, dont trois pour viols et quatre pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel. PPDA a annoncé ce mercredi 27 avril porté plainte contre 16 de ses accusatrices. Une contre-attaque violente dénoncée par l'avocate des plaignantes.

Dans l'actu