"J'étais très nerveuse à l'idée de rencontrer mon bébé" : Serena Williams se confie

Serena Williams au AFI Fest le 14 novembre 2021
Serena Williams au AFI Fest le 14 novembre 2021
Dans cette photo : Serena Williams
La championne de tennis Serena Williams a livré de poignantes confidences sur sa grossesse et la façon dont elle a vécu cette période aussi complexe qu'idéalisée à l'extrême.
À lire aussi

Les tabous autour de la maternité - de la grossesse au post-partum, en passant par les différentes pressions auxquelles les mères sont confrontées quant à l'éducation de leurs enfants - ont la dent dure. Heureusement, les prises de parole publiques se multiplient, contribuant à venir à bout d'une silenciation aussi dramatique que caractéristique.

Dernière en date à avoir abordé le sujet par le biais d'un récit personnel bouleversant, Serena Williams, championne de tennis détentrice de 23 titres en simple en Grand Chelem - un record - et mère d'Olympia, petite fille de 4 ans.

"C'est quelque chose dont les gens ne parle pas, habituellement"

Dans le Elle américain, la sportive a publié un long texte intime où elle revient sur ces premiers moments de mère.

"J'étais très nerveuse à l'idée de rencontrer mon bébé", se souvient-elle avec une sincérité touchante. "Pendant ma grossesse, je n'ai jamais senti de lien avec elle. Bien que j'aie adoré être enceinte, je ne me suis jamais dit 'oh mon dieu, c'est mon bébé'". Et d'ajouter : "C'est quelque chose dont les gens ne parlent pas, habituellement, car nous sommes censés aimer notre enfant dès ses premières secondes."

C'est justement en décidant de briser cet interdit et ce cliché, et en se confiant auprès de son cercle proche, que Serena Willimas a découvert que nombreuses de ses amies avaient ressenti la même chose. Et par la suite, la relation avec sa fille Olympia s'est tissée au fur et à mesure que les jours ont passé. "Quand je l'ai finalement vue [...] je l'ai tout de suite aimée", poursuit l'athlète. "Ce n'était pas exactement instantané, mais c'était là".

Des biais racistes dévastateurs

Plus loin, elle décrit également son accouchement, et comment elle dû se battre pour obtenir certains examens qui lui ont "sauvé la vie".

"Aux États-Unis, les femmes noires ont près de trois fois plus de risques de mourir pendant ou après l'accouchement que leurs homologues blanches", affirme Serena Williams. "Nombre de ces décès sont considérés par les experts comme évitables. Le fait d'être entendue et traitée de manière appropriée a fait la différence entre la vie et la mort pour moi ; je sais que ces statistiques seraient différentes si le corps médical écoutait l'expérience de chaque femme noire." Une réalité qu'il est, là aussi, essentiel de prendre en compte.