"Angela Black", la mini-série glaçante qui dépeint l'enfer des violences conjugales

"Angela Black", diffusé sur OCS
Diffusée sur OCS depuis le 5 décembre, cette mini-série de 6 épisodes livre un portrait aussi terrifiant que réaliste des violences conjugales. Voici pourquoi il faut regarder "Angela Black".
A lire aussi

En apparence, tout va bien. Angela Black (Joanne Froggatt) et Olivier Meyer (Michiel Huisman) vivent dans une magnifique villa en verre et sont d'heureux parents qui aiment recevoir leurs ami·e·s autour d'une bonne bouteille et d'un feu de cheminée. Seulement une fois que tout le monde est partie, le paradis vire à l'enfer.

Exemple flagrant qui plonge le public dans la réalité derrière l'image impeccable que le couple tente de maintenir : l'époux tabasse sa femme pour ce qu'il considère comme une "provocation" au dîner, allant jusqu'à lui faire perdre une dent. Personne de son entourage ne tiquera quand elle justifiera les cicatrices par un accident domestique. Pourtant, tous les jours, elle risque sa vie aux mains de son mari.

Un soir, elle rencontre un détective privé du nom de Ed Harrison (Samuel Adewunmi), qui lui assure que ce dernier l'a engagé pour la suivre. Olivier Meyer veut divorcer, explique-t-il, et ne compte pas accorder à son épouse la garde partagée. Alors, il entend creuser dans son passé à la recherche de détails compromettants qui feraient pencher la justice en sa faveur, et missionne Harrison pour y parvenir. Lui, garantit avoir retourné sa veste pour aider la mère. Son argument : les agissements de son client l'écoeurent.

La série "Angela Black" sur OCS
La série "Angela Black" sur OCS

"C'est lui ou vous, Angela"

Un climat de tension et de mystère s'installe. Que veut vraiment ce mystérieux détective privé ? Jusqu'où est prêt à aller Olivier Black ? Angela finira-t-elle par se détacher de son emprise ? En six épisodes effrayants, Jack Williams et Harry Williams réussissent à recréer un sentiment de menace authentique, planant sur la protagoniste et sa famille. Mais aussi à nous rendre témoin de son impuissance notoire face aux actes d'un bourreau "qui a l'air gentil", aux premiers abords.

En s'attaquant au sujet des violences conjugales et aux multiples aspects qui font de ces crimes un fléau aussi complexe et destructeur, Angela Black donne de la voix à celles qui en sont victimes et contribuera peut-être à faire taire celles qui interrogent : "Pourquoi tu n'es pas partie ?"

A quelques secondes de la fin de la bande-annonce, le personnage d'Ed Harrison prononce cette phrase terrible à l'attention de la victime, qui souligne le danger qu'elle encourt (et qu'elles encourent toutes) au quotidien : "C'est lui ou vous, Angela".

A visionner sans attendre.

Angela Black, créée par Jack Williams et Harry Williams, disponible sur OCS depuis le 5 décembre 2021