Les conseils vintage de Victoire Valmary, créatrice de Vagabones

L'interview vintage de Victoire Valmary, créatrice de Vagabones
L'interview vintage de Victoire Valmary, créatrice de Vagabones
Consommer mieux, c'est aussi revoir ses habitudes de shopping. L'une de nos alternatives favorites pour réduire notre impact environnemental ? Acheter vintage. Et sur Instagram, de nombreuses adeptes de fringues chinées transforment leur compte en boutique de seconde main. C'est le cas de Vagabones, une page pointue créée par Victoire Valmary.
A lire aussi

Victoire Valmary, la créatrice de Vagabones, enveloppe ses trouvailles d'une esthétique léchée. A côté de sa passion pour dénicher le jean Jean-Paul Gaultier parfait, elle s'adonne à celle de la photo. Elle se glisse derrière l'objectif (argentique) pour capturer les moments qui l'inspirent, et signe aussi les clichés qui mettent en avant ses collections - c'est ainsi qu'elle appelle ses sélections de plusieurs dizaines de pièces vintage, chinées puis vendues mois après mois sur son site.

Aujourd'hui, elle vient de poster la collection n°14. La n°15 est prévue pour bientôt.

Des robes, des blouses, des pantalons, de la lingerie qu'elle "chasse" en France et en Europe, principalement, et qui portent chacun les labels de grands créateurs. Les styles diffèrent pour contenter le plus grand nombre, mais aussi parce que le sien est éclectique. Sur la même page, on repère un corset Kenzo à encolure Bardot et imprimé tigres, un cardigan oversize esprit sportswear vert à rayures bleue et rouge, et un autre, de style autrichien, fait main, blanc et brodé de fleurs multicolores. On avait nous-même craqué pour un body La Perla, on ne devait pas être la seule, juste la moins rapide. Car les modèles partent vite, ce qui en dit long sur le goût sûr de l'influenceuse d'un nouveau genre.

On lui a demandé quelques conseils pour se perfectionner dans l'art - car c'en est un - de la chine. Maintenant, on n'a plus qu'à espérer être aussi pointue, et surtout patiente.

Terrafemina : Quels seraient 5 articles à absolument acheter en fripe, et pourquoi ?

Victoire Valmary : C'est compliqué de donner des articles en particulier, j'aurais plutôt tendance à favoriser les matières. De nos jours, il est extrêmement compliqué de trouver de beaux vêtements en 100 % soie, coton, laine à des prix abordables. La plupart des marques coupent le coton ou les laines avec des matières bas de gamme et chimiques telles que le polyester ou la viscose. Du coup, très rapidement, les vêtements perdent leur forme initiale, leurs couleurs et on finit par les jeter moins d'un an après les avoir achetés...
C'est très facile de trouver en friperie un beau pull en cachemire ou en laine vierge, une jolie chemise en soie avec un imprimé incroyable, une robe en coton des années 60 faite à la main ou même des santiags en cuir des années 70. Donc, vraiment, si vous aimez une pièce vintage et qu'elle a été fabriquée en matière naturelle uniquement, n'hésitez pas une seconde et prenez-la. Car il y a de grandes chances que vous la gardiez toute votre vie !

Quels seraient tes 5 conseils pour chiner de bonnes pièces ?

V. V. : Ne jamais partir défaitiste. Les friperies sont très souvent surchargées et on peut se laisser dépasser par la quantité de vêtements, donc déjà toujours se dire que l'on peut trouver quelque chose ; une attitude positive est importante ! Ensuite, demander les jours de livraison, c'est généralement en début de semaine et c'est à ce moment là que l'on fait les meilleures affaires.
Si vous chinez dans des brocantes ou des vide-greniers, ne vous apprêtez pas trop sinon vous n'arriverez pas à négocier, toujours saluer les vendeurs lorsque l'on arrive sur un nouveau stand et si quelque chose vous plaît, demandez des informations sur l'histoire de la pièce. Comme dans tout, il faut savoir montrer son intérêt, cela amène souvent a des discussions passionnantes qui aident ensuite à la négociation et qui, très souvent, nous font encore plus aimer notre nouveau trésor.

Quels sont les avantages d'acheter vintage ?

V. V. : Pour moi, la mode vintage est une manière de m'exprimer depuis toujours, de me démarquer. Lorsque j'aime un vêtement, je l'aime vraiment. J'y trouve quelque chose qui me ressemble, et je sais en plus de ça que je serai la seule à l'avoir (ou presque). On peut oser sans se ruiner, sans prendre trop de risque pour son porte-monnaie.
Il y a aussi la qualité : j'aime savoir que la robe en coton que je viens de m'acheter a plus de 70 ans, et que si je la porte les 70 prochaines années (et que j'y fais attention bien sûr), elle restera inchangée. Et puis, il y a bien évidemment le souci écologique. On sait toutes qu'acheter de la seconde main c'est lutter contre la surproduction et donc la pollution, et ça, c'est le meilleur des arguments.

Que privilégier : vintage shop ou dépôt store ?

V. V. : Vintage shop si on veut des pièces pas chères et qu'on est très motivée, dépôt store si on a le porte-monnaie et que l'on recherche des pièces de luxe sans avoir à se fatiguer. Mais je dirais quand même que pour avoir et le prix, et la qualité, on peut faire confiance aux e-shops en ligne.

Des boutiques à conseiller ?

V. V. : Je ne chine pas tant que ça en magasin. J'aime les vide-greniers, le contact direct avec les anciens propriétaires, c'est là qu'on fait les meilleures affaires ! Mais sinon, à Paris, je recommande Mamie Blue rue Rochechouard pour de très belles pièces, très anciennes, et très uniques. The Vintage boulevard du Temple pour trouver le 501 parfait et Episode, rue Tiquetonne, car si j'ai envie de trouver quelque chose pour moi à prix bas, c'est là que je vais.
Retrouvez les collections vintage Vagabones sur vagabonesshop.com